Grand angle
ACCÈS PUBLIC
19 / 05 / 2020 | 436 vues
Rodolphe Helderlé / Journaliste
Articles : 4158
Inscrit(e) le 16 / 11 / 2007

État psychologique et lien social : retours d’expérience

La web-conférence du 7 mai co-organisée par le groupe Up et Miroir Social a été l’occasion de faire le point sur l’état psychologique des salariés en sortie de confinement et sur les nouveaux liens tissés par les représentants du personnel.


Avec 381 messages échangés entre les 222 participants, le webinar co-organisé le 7 mai par le groupe Up et Miroir Social à l’approche d’un déconfinement très progressif aura été source de liens sociaux. Cela tombe bien, partager les retours d’expérience des représentants du personnel sur les façons dont ils ont réinventé des liens avec les salariés depuis le début de la crise sanitaire était justement le sujet de cette rencontre. Le tout avec en amont une première analyse globale des appels passés sur les lignes d’assistance psychologique proposées par certaines entreprises à leurs salariés.

Ne pas sous-estimer les risques

La trentaine de psychologues du cabinet IAPR (groupe Oasys), spécialisés dans cette assistance, ne chôme pas depuis le confinement de la mi-mars. L’activité a ainsi augmenté de 40 % avec une grande diversité dans la nature des appels des salariés, entre ceux directement liés à l’angoisse du covid-19 en matière de santé, ceux portant sur les inquiétudes liées à l’emploi et enfin, sans surprise, sur la souffrance d’un isolement subi. Notamment pour des salariés dont le travail était jusqu’alors quasiment l’unique source de lien social et de temps de convivialité. Une situation rendue encore plus difficile pour ceux en chômage partiel où des liens personnels ont uniquement pu être maintenus avec des outils non professionnels. « De nouvelles solidarités se sont fait jour mais l’isolement a parfois été source de situations de détresse psychologique qu’il ne faut pas sous-estimer sans non plus les surestimer, au risque de les banaliser », considère Aude d’Argenlieu, psychologue clinicienne et directrice générale du cabinet, qui souligne qu’il va falloir que les salariés résistent et s’adaptent sur une durée plus longue qu’initialement prévue.
 

Plus les liens auront été maintenus par tous les moyens, plus les conditions de la reprise à une vie professionnelle plus stabilisée seront faciles. Les représentants du personnel ont assuré leur rôle.

Au contact des salariés

Chez Leroy Merlin, pour répondre aux multiples interrogations des salariés, le délégué syndical central FO s’est ainsi lancé dans des lives sur Facebook à l’issue de chaque réunion du CSE. L’occasion de partager l’évolution de la situation, des décisions et de leurs conséquences sur les salariés sans attendre. Plusieurs centaines de salariés se connectent simultanément à ces lives d’une durée d’environ une heure et les questions pleuvent. En replay, chacune des quatre sessions a généré des milliers de vues et des centaines de commentaires. Bref, ça accroche. « Cela permet à des salariés de découvrir un volet de l’action syndicale qu’ils n’imaginaient pas », explique Bernard Vigourous, le délégué syndical central de FO, qui peut compter sur l’équipe syndicale pour assurer une aide dans le filtrage des questions pour y répondre au mieux. Le format live est gratuit, il ne nécessite pas de montage et d’habillage graphique mais il recouvre toutefois un travail de préparation pour s’assurer une audience. Bref, mieux vaut savoir de quoi l’on va parler. Au regard de l’adhésion des salariés, FO Leroy Merlin compte bien poursuivre l’exercice en l’adaptant avec des formats plus courts, sur des sujets plus ciblés et portés face caméra par d’autres élus en fonction de leur expertise.

Souplesse par rapport aux règles

Encore faut-il que les représentants du personnel aient les moyens de toucher les salariés. Surtout dans des entreprises où les salariés sont très dispersés. La CGT de CESI, un organisme de formation employant 850 salariés sur 25 sites, a ainsi décidé d’utiliser la messagerie professionnelle pour informer tous les salariés. La direction n’y était à priori pas foncièrement hostile mais à la condition de pouvoir s’y opposer si le message était considéré comme inapproprié. Ça a été le cas du deuxième message qui soulignait que certains managers « imposaient » la prise des jours des congés. Le message a tout de même été adressé. « Les circonstances exceptionnelles justifient le recours à la messagerie professionnelle pour informer les salariés, d’autant que le droit ne prévoit pas que l’intranet syndical se substitue à l’obligation des panneaux syndicaux », considère Christine Fourage, secrétaire générale du Syndicat national du personnel de l’enseignement et de la formation privés CGT. À noter que la loi qui s’applique en matière de panneaux d’affichage syndicaux prévoit bien un devoir d’information préalable à l’égard de la direction mais sans que celle-ci ne puisse pour autant s’opposer à un affichage.

Des collectifs militants

Chez Nexter, la direction a autorisé toutes les organisations syndicales à utiliser la messagerie, jusqu’à deux ou trois fois par semaine, comme si les panneaux d’affichage venaient aux salariés. Pas de Facebook live au programme, le lien a été maintenu autrement. « Dans le site de Roanne qui emploie 1 200 salariés, au-delà des membres du CSE, nous pouvons compter sur une vingtaine de personnes non élues. C’est ce réseau militant qui nous permet de mailler tous les services de l’entreprise quand nous distribuons des tracts. Pendant le confinement, chacun s’est employé à maintenir le lien avec ses collègues par messagerie et par téléphone pour faire remonter un maximum d’informations sur le vécu des salariés et leurs interrogations », explique Daniel Coutauder, délégué syndical central CFDT.

Nouveaux usages

Cette crise sanitaire a clairement ouvert le champ des nouveaux usages. Ainsi, la fédération CGT de l'éducation, de la recherche et de la culture a utilisé un outil open source de FAQ (Question2Answer) pour proposer une plate-forme de questions/réponses avec succès, avec des questions posées par des gens réels et des réponses tout autant personnalisées. « Le service est ouvert aux non-adhérents pour contribuer à faire comprendre l’intérêt du syndicalisme », explique Christine Fourage qui anime cette FAQ. Les CSE ont également pu jouer un rôle de trait d’union entre les salariés et les directions, à l’instar de celui du groupe Up. « Une grande majorité des salariés avait enregistré leur numéro de téléphone dans le cadre des ASC. En début de confinement, nous avons donc décidé d’utiliser l'outil de push sms de notre solution pour communiquer efficacement avec les salariés. Ces envois de sms ont permis de lever au plus vite leurs inquiétudes, avec l’assurance de toucher plus de salariés qu’avec l’usage du mail », explique Nihad Djellit, la secrétaire du CSE. L’occasion d’illustrer en quoi l’usage d’une solution ASC pouvait tout autant servir dans les cadre du rôle économique du CSE.