Participatif
ACCÈS PUBLIC
07 / 01 / 2013 | 10 vues
Rodolphe Helderlé / Journaliste
Articles : 4143
Inscrit(e) le 16 / 11 / 2007

Les salariés de la protection sociale ne sont pas des privilégiés en santé, prévoyance, dépendance et retraite

Globalement, les salariés de la protection sociale ne sont pas les moins bien lotis en matière de couvertures de santé et prévoyance, de dépendance et de retraites supplémentaires mais ils ne sont pas pour autant des privilégiés.

Pas question de verser dans la surenchère sur des prestations de santé et prévoyance dont l'équilibre économique est de plus en plus délicat.

Beaucoup de salariés de grandes entreprises disposent des mêmes couvertures que ceux des assureurs, des mutuelles et des groupes de prévoyance.

Retrouvez dans notre dossier, sur abonnement, le comparatif entre 13 mutuelles, assureurs et institutions de prévoyance (FNMF, MGEN, MG, MNT, MCDef, Mgefi, UMC, Axa, Aviva, GMF, AG2R, Klesia (D&O) et Ocirp)

  • Regarder les couvertures dont bénéficient ces salariés donne une bonne grille de lecture des évolutions en cours sur des marchés qui pèsent de plus en plus lourd et où les produits s’intègrent toujours davantage dans des logiques de rémunération globale.


Au delà du sur-mesure, voilà des produits qui deviennent des enjeux de négociation nationaux pour notamment combler les inégalités qui se creusent entre les salariés en matière de protection sociale complémentaire. Notamment du côté des salariés des TPE et des agents des fonctions publiques.

Le sujet de la complémentaire de santé est ainsi l’invité surprise de la négociation sur la sécurisation de l’emploi. La CFDT en a fait l’un de ses leviers de négociation et c’est au travers des branches que les couvertures collectives pourraient se généraliser. D’ici là, il faudra répondre à quelques questions portant tant sur les conditions d’une libre concurrence entre les opérateurs que sur les articulations  avec un droit individuel à la complémentaire de santé. Le tout avec des offres plus modulaires, à l’instar peut-être de l’accord en place dans la branche de l’assurance qui prévoit un socle minimal que chaque assureur est libre de compléter comme il l’entend avec une sur-complémentaire.

Et puis à quand un fonds de pension pour tous tandis que les régimes complémentaires de retraites par répartition ARRCO et AGIRC sont en cours de renégociation, depuis novembre avec une échéance pour avril, pour cause de déficit ? Peu de chances que les employeurs acceptent une majoration de leur contribution, pas plus que les salariés. En la matière, les salariés des institutions de prévoyance bénéficient d’un régime dérogatoire sur leur retraite complémentaire avec une cotisation patronale majorée. De quoi augmenter de 25 % le niveau de la pension. Un luxe qu’aucun produit de retraite par capitalisation ne peut promettre.

Pas encore de commentaires