Participatif
ACCÈS PUBLIC
20 / 03 / 2017 | 2 vues
Didier Cozin / Membre
Articles : 157
Inscrit(e) le 23 / 07 / 2012

Premier bilan du plan 500 000 chômeurs en formation

Le Plan 500 000 chômeurs en formation, lancé le 31 décembre 2015, était censé  résoudre une partie du chômage en France en élevant le niveau d'éducation et de formation des chômeurs et des jeunes non ou pas qualifiés.

La région Ile de France a fait savoir début Mars qu'elle ne relancerait pas ce Plan 500 000 formations car "entre janvier 2016 et janvier 2017, on constate + 27 900 demandeurs d’emploi en catégorie ABC et + 61 000 en catégories D, c’est-à-dire en formation. C’est donc presque 100 000 demandeurs d’emploi supplémentaires à l’issue du plan 500 000. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, le plan 500 000 n’a pas fonctionné"
                                                                                 Valérie Pécresse

Du traitement social du chômage à la sécurisation des emplois

Une vision adéquationniste et datée du chômage et de la formation.

Une part importante des formations pour les chômeurs restent de (très) longs stages occupationnels qui ne débouchent pas sur des embauches.
Ces formations ont pour premier objectif de dégonfler les chiffres du chômage.

Quelques exemples de ces stages financés par Pôle Emploi, les Régions ou l'Etat

- La POE (Préparation Optionnelle à l'Emploi): 400 heures (soit 3 à 6 mois de stages) pour se "préparer à l'emploi !"

- Les Techniques de Recherche d'Emploi : le CV et la lettre de motivation comme l'alpha et l'omega de la quête d'emploi

- L’initiation à la bureautique en 150 heures (la bureautique était un enjeu...des années 80)

Pour vaincre le chômage on n'a pas tout essayé

 - libérer l'école de Jules Ferry en mettant en concurrence le privé et le public

- permettre aux familles d'entrer et de changer l'école (y compris en y enseignant)

-  former en alternance (avec le travail) la majorité des jeunes quelque soit leur niveau

-  décentraliser l'enseignement en confiant aux entreprises la gestion (et le recrutement) de tous les lycées professionnels 

- "Débureaucratiser" notre pays en libérant les entreprises du poids d'un Etat qui se mêle de tout, contrôle et enserre le monde du travail dans une nasse digne de Kafka 

- responsabiliser les travailleurs sur leur avenir professionnel et social (qui n'apprend pas prend le risque de perdre son emploi et son employabilité)

L'éducation et la formation sont la mère de toutes les batailles

 Plutôt que de tenter de réparer en aval tout ce que l'école a endommagé (via une formation professionnelle qui n'y parviendra jamais) il faut sérieusement remettre à plat notre système éducatif, confier aux Régions, aux familles et aux entreprises les rennes de l'école si nous ne voulons pas assister à l'effondrement de notre système économique et social à très court terme.

 

Pas encore de commentaires