Participatif
ACCÈS PUBLIC
09 / 03 / 2023 | 134 vues
Laurent Aubursin / Abonné
Articles : 175
Inscrit(e) le 02 / 10 / 2008

La mobilisation (ou non) des salariés a-t-elle des effets sur les négociations salariales en entreprise ?

C'est le questionnement original posé par Pierre Blavier* et  Jérôme Pélisse** dans une note publiée il y a quelques semaines par la Dares (***) intitulée : "Négocier collectivement les salaires en entreprise: Quels effets de la (non-)mobilisation des salarié·es ? "

 

Dans cette note les auteurs  interrogent les prises que se donnent (ou non) les salariés pour négocier les salaires avec leurs employeurs, et si le fait de se mobiliser influe sur l’issue des négociations.

 

L' article porte sur les négociations salariales en entreprise , à partir d’exploitations statistiques de l’enquête Reponse (Relations professionnelles et négociations d’entreprise).

 

Il  montre en premier lieu que la négociation formalisée et collective des rémunérations est complètement absente de nombreux établissements.

 

À partir d’un recodage de réponses à une question ouverte posée aux représentants des directions et des salariés, la note éclaire les raisons énoncées par les uns et les autres pour expliquer l’absence de tenue de ces négociations et souligne l’importance de la non-mobilisation des salariés, mais aussi du refus d’une partie des directions de négocier.

 

S’intéressant dans un second temps aux situations où il y a, au contraire, négociation, les auteurs  montrent que lorsque les salariés se mobilisent par des pétitions, débrayages, grèves ou manifestations au moment de ces négociations, la direction déclare beaucoup plus souvent dans ce cas plutôt que dans celui où il n’y a pas eu de mobilisation que, sans ces négociations, sa décision sur les salaires aurait été différente.

 

Ils apportent ainsi un certain nombre de réponses à des questionnements qu'on peut se poser, tels que :

 

  • Pourquoi ne négocie-t-on pas sur les salaires ?
  • Où négocie-t-on (ou pas) et les acteurs et actrices en présence déclarent-ils/elles la même chose ?
  • Quelles sont les principales raisons de l’absence de négociation ?
  • Se donner des prises lorsque des négociations ont lieu: se mobiliser paie-t-il?
  • Les directions ont-elles modifié leurs décisions à l’issue des négociations ?

 

Conclusion: dans les  situations où il y a négociation, les auteurs  montrent que lorsque les salariés se mobilisent par des pétitions, débrayages, grèves ou manifestations au moment de ces négociations, la direction déclare beaucoup plus souvent dans ce cas plutôt que dans celui où il n’y a pas eu de mobilisation que, sans ces négociations, sa décision sur les salaires aurait été différente.!!!

 

(*) Pierre Blavier, CNRS, Université de Lille, CLERSÉ; pierre.blavier@univ-lille.fr.

(**)  Jérôme Pélisse, Sciences Po Paris, CSO; jerome.pelisse@sciencespo.fr

 

(****) Le  détail des réflexions menées:  Dares_revueTravailEmploi-164-165-Blavier-Pelisse-Negocier-salaires.pdf (travail-emploi.gouv.fr)

Pas encore de commentaires