Participatif
ACCÈS PUBLIC
24 / 03 / 2022 | 34 vues
Jean Meyronneinc / Membre
Articles : 167
Inscrit(e) le 29 / 05 / 2008

Quels métiers recruteront à horizon 2030 ?

Vraie question.... sur laquelle chacun peut avoir un sentiment notamment au regard des évolutions  technologiques, mais force est de constater aujourd'hui, à la lumière de la crise sanitaire , économique et sociale que avons traversée (qui a eu des effets très contrastés sur les entreprises et les ménages , et qui pourrait conduire à des transformations significatives dans l'organisation  du travail, en accélérant notamment des tendances déjà à l'œuvre, à l’instar du télétravail) , que de nombreux éléments sont susceptibles de bouleverser les approches que nous pouvions avoir jusqu'alors. 

 

Un  rapport rendu public sur "Les Métiers en 2030" , coréalisé par France Stratégie et la Dares, ne manquera pas de retenir l'attention et nourrir les réflexions prospectives sur un sujet d'importance, mais pas aussi  évident compte des éléments de contexte parfois imprévisibles...

 

Le  panorama chiffré des perspectives qui a été établi intègre, à la fois les grandes tendances observées par le passé et les évolutions attendues sur les plans démographiques, économiques, technologiques et environnementaux...pour :
 

  • apporter un éclairage particulier sur la dynamique de l’emploi et des postes à pourvoir,
  • tenter  d'anticiper les évolutions et besoins par secteur et les déséquilibres potentiels entre offre et demande d’emploi,
  • guider les politiques publiques.

 

Mais il est aussi indiqué "qu'afin d’assurer la cohérence d’ensemble des projections d’emploi par métiers, l'étude (*) s’appuie sur plusieurs scénarios macroéconomiques post-crise sanitaire (hors conflit russo-ukrainien) qui tiennent compte à la fois des changements de comportements induits par la crise sanitaire et des efforts supplémentaires de lutte contre le réchauffement climatique qui seront déployés à l’horizon 2030."

 

Combien d’emplois seront créés dans les différents métiers ?
 

Quels seront les besoins de recrutement des entreprises compte tenu par ailleurs des départs en fin de carrière ?
 

Quels déséquilibres potentiels peut-on anticiper si, pour chaque métier, rien n’est fait pour corriger l’écart entre les besoins de recrutement des employeurs et le flux de jeunes sortant de formation initiale?

 

Trois séries de questions auquel le rapport tente d'apporter des réponses....

 

Quelques éléments à retenir : 

 

  • 410 000 postes de médecins, infirmiers, professions paramédicales, aides à domicile et aides-soignants, seraient créés entre 2019 et 2030
  • 180 000 postes dans les métiers de l’informatique et de la recherche
  • 135 000 postes d’ouvriers de la manutention
  • 120 000 postes dans les métiers du bâtiment (dont la moitié de cadres)
  • 45 000 postes dans les métiers industriels

 

Parmi les quinze métiers comptant le plus de postes à pourvoir, trois catégories se distinguent :


La première catégorie comprend les métiers pour lesquels les postes à pourvoir correspondent essentiellement à des départs en fin de carrière : c’est le cas pour les agents d’entretien, les enseignants, les conducteurs de véhicules et des vendeurs.


La deuxième catégorie regroupe les métiers où les créations d’emploi contribueraient pour au moins un quart des postes à pourvoir : les cadres administratifs, comptables et financiers, les cadres commerciaux et technico-commerciaux, les aides-soignants et aides à domicile, les infirmiers, sages-femmes, les ouvriers qualifiés de la manutention, les médecins et les techniciens de la maintenance.


La troisième catégorie regroupe les ingénieurs de l’informatique et les ingénieurs et cadres techniques de l’industrie : ces métiers, relativement jeunes, conjugueraient un fort dynamisme de l’emploi et de faibles départs en fin de carrière, les postes nouvellement créés représentant au moins la moitié des postes à pourvoir

 

Des difficultés de recrutement qui s’accentueraient : la majorité des métiers en tension aujourd’hui continuerait de l’être ou verrait leurs difficultés de recrutement s’aggraver d’ici 2030 en raison d’une faible attractivité.
 

C’est le cas des aides à domicile, des personnels de ménage ou des conducteurs d'engins du bâtiment et des travaux publics. Des difficultés de recrutement à anticiper : quelques professions ne rencontrent pas de difficultés pour recruter aujourd’hui mais pourraient y être confrontées à l’avenir.
 

C’est le cas des ouvriers qualifiés de la manutention, des agents d’entretien ou des ouvriers du textile et du cuir dont la résorption des déséquilibres passera par la capacité à attirer les chômeurs et les salariés exerçant un autre métier, les inactifs ou les immigrés.
 

Des difficultés de recrutement qui se maintiendraient : près de deux métiers sur cinq sont concernés. Pour une large part, l'exercice de ces métiers nécessite des compétences techniques spécifiques qui s'acquièrent par le biais d’une formation professionnelle initiale ou continue.
 

On retrouve par exemple les aides-soignants, les ouvriers qualifiés travaillant par formage de métal, les techniciens et cadres du bâtiment et des travaux publics, les ingénieurs de l'informatique et les ingénieurs et cadres de l’industrie

 

Des observations..des réflexions...des prospectives à affiner
:

France Stratégie indique d'ores et déjà que ces éléments seront complétés  en 2022 par d'autres  publications additionnelles en 2022 :

  • les projections par métiers seront régionalisées: ceci notamment pour mieux accompagner les acteurs régionaux dans l’élaboration de leur carte de formation et leur contrat de plan régional de développement des formations et de l’orientation professionnelle ;
  • les besoins en compétences à l’horizon 2030 seront évalués sur la base des projections de métiers présentées dans ce rapport, en distinguant les compétences techniques et les compétences transversales.

 

(*) Le résumé de l'étude à voir: fs-2022-pmq-resume-mars_1.pdf (strategie.gouv.fr)

Pas encore de commentaires