Ofi AM investissement responsable

 

Participatif
ACCÈS PUBLIC
13 / 06 / 2016
Philippe Pihet / Membre
Articles : 106
Inscrit(e) le 22 / 01 / 2008

Institutions de prévoyance : priorité à la solidité financière

Les institutions de prévoyance (IP) ont affiché en 2015 un résultat net positif de 99 millions d’euros en dépit d’une légère baisse des cotisations qui ressortent à 13,1 milliards d’euros. Les IP ont ainsi privilégié une gestion saine et efficace des contrats dans un contexte de compétition accrue.
 
Ce faisant, malgré un environnement de taux extrêmement bas et un cadre réglementaire toujours changeant, les IP ont consolidé leur assise financière et leur ratio de solvabilité.

Légère hausse des cotisations en santé, baisse en prévoyance

La baisse de 1,6 % des cotisations masque des disparités entre types de garanties. Les cotisations en santé ont progressé de 0,6 % à 6,23 milliards d’euros en 2015. Ce résultat est globalement satisfaisant alors que la pression concurrentielle s’est fortement accrue en prévision de la généralisation de la complémentaire santé en entreprise au 1er janvier 2016.
 
Fortes de leur expérience dans le domaine des contrats collectifs, les IP ont fait le choix de l’efficacité plutôt que de s’engager dans une course aux parts de marché ou au prix.
 
Un choix qui ne les a au final pas empêchées de maintenir leurs positions. En prévoyance, le montant des cotisations est en baisse de 3,5 % à 5,94 milliards d’euros. La sinistralité est restée globalement stable.
 
En revanche, la prévoyance a souffert de la forte baisse des taux d’intérêt, qui a particulièrement pesé en 2015 sur le résultat en alourdissant la charge des futures prestations.

Elle a également été touchée par la réforme des retraites de 2010 dont l’effet avait été lissé sur 5 ans.
 
Enfin, la concurrence accrue a eu un effet important sur la prévoyance. En retraite supplémentaire, les cotisations affichent une baisse de 3,9 % à 930 millions d’euros, un
recul qui s’explique par le choix des entreprises de provisionner davantage plutôt que d’externaliser la gestion des contrats.

Une solvabilité élevée

En 2015, le ratio de Solvabilité 1 a été maintenu, à hauteur de 6,2 fois l’exigence réglementaire actuelle. Les IP ont anticipé l’entrée en vigueur au 1er janvier 2016 de Solvabilité 2 pour laquelle elles se sont bien préparées en coordination avec les pouvoirs publics et l’ACPR.
 
L’ensemble des données financières clefs du bilan a progressé l’an dernier : les fonds propres ressortent à 14,79 milliards d’euros (+1 %) et les placements à 60,38 milliards
d’euros (+3 %).

Les résultats des groupes en ligne avec ceux des IP

Le chiffre d’affaires consolidé des groupes s’élève à 26,7 milliards d’euros en 2015, soit une érosion de 2,6 %.
 
Les groupes affichent une légère baisse en santé (-0,7 %) mais des hausses en prévoyance (+0,5 %) et en retraite supplémentaire (+1 %). Cependant, dans ce contexte, la part des IP dans les résultats consolidés des groupes augmente.

Préparer les défis de demain

Les institutions de prévoyance ont fait face à une modification en profondeur de leur environnement réglementaire et concurrentiel en 2015 avec la généralisation de la complémentaire de santé. Elles ont fait des choix exigeants qui ont légèrement pesé sur le montant des cotisations reçues mais qui leur permettent d’envisager sereinement une
gestion dans la durée de leurs contrats ainsi que des investissements, notamment dans les systèmes d’information.
 
Il est important de noter que cette rigueur dans la gestion ne s’est pas faite au détriment de l’action sociale qui ressort à 88 millions d’euros (source : communiqué du CTIP, 6 juin 2016).


Pas encore de commentaires