Participatif
ACCÈS PUBLIC
16 / 03 / 2022 | 151 vues
Theuret Johan / Membre
Articles : 39
Inscrit(e) le 04 / 09 / 2017

Revalorisation de la valeur du point pour les fonctionnaires : au-delà des effets d'annonces ?

Opportunément, un mois avant l'élection présidentielle, la Ministre de la Fonction publique, Amélie de Montchalin, a annoncé une revalorisation de la valeur du point pour les fonctionnaires.


Dans le contexte du retour d'une inflation pénalisant le pouvoir d'achat des agents publics et du gel du point depuis cinq ans, cette annonce répond à une attente forte. Néanmoins, les conditions de l'annonce, suspendue au bon vouloir des intentions gouvernementales, rappellent une fois encore la nécessité d'avoir une approche pluriannuelle de la rémunération des fonctionnaires.

 

Le prochain quinquennat doit enfin être l'occasion d'ouvrir le chantier de la rémunération salariale en offrant de la lisibilité et de la cohérence à un sujet qui devient une réelle problématique pour les agents et les employeurs publics.

 

Grâce à une conférence salariale avec les partenaires sociaux, il pourrait s'agir d'identifier des axes prioritaires pluriannuels :

  • formule d'indexation des traitements salariaux,
  • garantie d'équité entre catégories et métiers,
  • correction des inégalités salariales entre hommes et femmes,
  • et renforcement de l'attractivité salariales pour les métiers des services publics.

 

En effet, la question des salaires dans la fonction publique doit s'inscrire dans un agenda social plus large, dépassant la seule problématique du maintien du pouvoir d'achat.

 

Le Sens du service public estime nécessaire de s'interroger sur la structure des rémunérations, en réfléchissant à la cohérence entre métiers, au risque de décrochage avec le secteur privé, au mécanisme d'ascension salariale au cours de la carrière.

 

Par ailleurs, réinterroger l'architecture des rémunérations renvoie à la question de la rémunération aux performances collectives.

 

En se basant sur des critères négociés avec les partenaires sociaux selon des objectifs collectifs, elle pourrait constituer un levier managérial important, permettant d'instaurer l'équivalent d'un intéressement collectif dans la fonction publique.  

 

Intégralité du manifeste du Sens du service public : https://www.sens-du-service-public.fr/manifeste-2022

Afficher les commentaires

Une hausse immédiate, pas une promesse électorale !

 

La ministre de la Transformation et de la fonction publiques vient d'annoncer un projet de dégel de la valeur du point d'indice, mesure générale indispensable notamment pour maintenir le pouvoir d'achat des fonctionnaires.

 

FO Fonction publique n’a eu de cesse d’exiger l’augmentation de la valeur du point d’indice et l’ouverture de négociations sur les rémunérations depuis le début du quinquennat. Mais force est de constater que cette proposition est bien tardive et reste aléatoire.

 

En effet, les « concertations » pour déterminer le montant de la revalorisation ne commenceront qu'après les élections présidentielles et l'application de cette mesure ne pourra être concrète qu'après une loi de finances rectificative votée par le nouveau Parlement donc après les élections législatives. 

 

Notre organisation syndicale  ne peut se satisfaire de cette méthode très particulière !

 

C’est maintenant que des mesures urgentes doivent être prises dans le cadre de réelles négociations. Les agents publics ont déjà subi des pertes de pouvoir d’achat énormes, attendre le résultat de scrutins électoraux pour prendre des décisions n’est pas acceptable !

 

Depuis des mois, nous  alertons  le gouvernement sur l'indispensable revalorisation du point d'indice pour compenser une inflation sans précédent en 2021 qui se poursuit en 2022.

A contrario, le gouvernement s’est contenté de relever le salaire des agents publics passés en dessous du SMIC. De fait, 99 % des agents subissent de plein fouet l'inflation et une baisse drastique de leur pouvoir d'achat.

 

Cette mesure ne nous fera pas oublier que ce quinquennat a été le premier où les salaires auront été gelés sur les cinq ans de la mandature.

Depuis 2000, les fonctionnaires ont perdu 22 % de pouvoir d'achat. Avec une inflation prévue de 4 % en 2022, la revalorisation annoncée avant l'été ne peut être inférieure à 4 %.

 

De plus, un plan pluriannuel de revalorisation du point d'indice doit être engagé afin de compenser les pertes subies, sans oublier une amélioration de la grille indiciaire pour redonner de l'attractivité à l'emploi public et du sens au principe de carrière.

 

 

 

Le rapport  de Paul Peny, directeur des ressources humaines de la Caisse des Dépôts, et Jean-Dominique Simonpoli, expert en dialogue social a été rendu  publicala semaine dernière...

Il se veut synthétiser les  travaux de la conférence sur les perspectives salariales menés entre septembre 2021 et février 2022, avec  les représentants des employeurs et les organisations syndicales.

Ils  soulignent que la rémunération est "un élément qui semble clé afin d’expliquer la perte d’attractivité de la fonction publique"... ce qui, compte tenu de la politique salariale menée ces dernières années n'est pas très surprenant....et ils  pointent pointe, entre autres,  "une dynamique des rémunérations complexe" et un "volet indemnitaire à rendre plus lisible, cohérent et équitable".

 

Pour en savoir plus, consulter: