Participatif
ACCÈS PUBLIC
10 / 04 / 2024 | 66 vues
Jacky Lesueur / Abonné
Articles : 1784
Inscrit(e) le 04 / 03 / 2008

PLS: Promouvoir toutes les formes de solidarité avec l’ambition de contribuer par un dialogue interdisciplinaire à l’établissement d’une société plus inclusive, plus solidaire… plus juste

POUR LA SOLIDARITÉ-PLS est un Europeanthink& do tank indépendant engagé en faveur d’une Europe solidaire et durable, fondé il y a maintenant plus de 22 ans par l’économiste belge Denis Stokkink .Depuis quelques années, Françoise Kemajou co-dirige PLS à ses côtés.  Ils ont bien voulu répondre à mes questions.

 

  • Nous avons l’occasion assez régulièrement d’évoquer les initiatives de PLS dans nos colonnes. Pouvez-vous en quelques mots nous rappeler les raisons qui ont conduit à la création de ce Think Tank européen ?

 

La Charte fondatrice de PLS partait du constat que le coût de la mondialisation en termes d’atteinte à l’environnement et d’inégalités sociales était considérable et qu’il était urgent d’investir dans la solidarité en mobilisant tous les acteurs concernés afin de créer une masse critique d’initiatives pluridisciplinaires.

 

22 ans plus tard, PLS s’inscrit toujours dans cette perspective de promotion de toutes les formes de solidarité avec l’ambition de contribuer par un dialogue interdisciplinaire à l’établissement d’une société plus inclusive, plus solidaire… plus juste.

 

  • Votre devise : « Comprendre, Relier et Accompagner pour Agir » se traduit comment dans votre approche au quotidien ?Concrètement, vos activités se déclinent de quelle manière ?

 

Pour comprendre, il faut susciter la réflexion, démultiplier les connaissances et expériences de tous les acteurs qui œuvrent à plus de solidarité. PLS se veut un acteur de "reliance" qui rassemble les compétences et les initiatives des mouvements citoyens, des milieux académiques, des entreprises à finalité sociale, des pouvoirs publics et des organisations sociales. Nous mettons notre expertise, notre réseau et notre pédagogie au service de tous ces protagonistes et nous agissons aussi sur le terrain en soutenant activement les publics les plus vulnérables dans leurs projets tant personnels que professionnels.

 

Au quotidien, nous travaillons sur trois axes : d’une part, nous publions des analyses approfondies sur tous les sujets liés à la solidarité, réalisées le plus souvent en collaboration avec des experts multidisciplinaires.

 

D’autre part, nous participons, concevons et coordonnons des projets transnationaux avec des acteurs d’autres États membres qui nous confrontent à leur vision et nous obligent à trouver un espace commun de solutions les plus inclusives possibles.

 

Enfin, nous mettons en œuvre des programmes d’accompagnement social de personnes vulnérables. Ces dispositifs innovants sont construits à partir des conclusions de nos analyses et de notre travail partenarial. 

 

  • Quels sont vos principaux domaines d’intervention ? Vos projets ?

 

Toutes nos activités s’inscrivent au cœur de cinq thématiques : l’inclusion sociale, l’économie sociale et solidaire, la transition juste, la diversité et la participation citoyenne.

 

Depuis le début de PLS, nos projets sont construits autour de la volonté d’apporter des réponses, des méthodes, des outils aux acteurs de la solidarité et/ou d’agir directement avec le public concerné : améliorer les compétences numériques (Skills to connect, Social Tech Academy, Hope in Us, DigiYou), introduire la transition juste (Cicle, Echop, Sspice It, Tedda, Nwow), œuvrer à l’insertion de publics fragilisés (Aka Active, Famous, SportyMentor, Apte, 4OneAnother, Hero, MentorYou, MentorYouth, Ment2care, Combo4You, Marolles&Ssens, 100%Jeunes), atteindre l’égalité des genres (CAPSE, Procopa, Join the Game, CEASE, KidsFriendly), promouvoir un entrepreneuriat social et durable (SURE, Place3T).

 

Ces projets agissent sur des territoires locaux, régionaux ou européens.

 

  • Comment se traduit la « veille européenne »   que vous menez ?

 

Nous réalisons une veille européenne thématique qui recense de multiples ressources documentaires consultables via nos quatre Observatoires européens : véritables plateformes d’information, ils mettent en lumière dans le contexte européen des actualités, des bonnes pratiques, des événements, des évolutions réglementaires et des outils de réflexion critique.

 

Chaque observatoire est associé à une lettre d’information quadrimestrielle.

 

L’observatoire européen de l’économie sociale et solidaire : www.ess-europe.eu

L’observatoire européen de la transition : www.transition-europe.eu

L’observatoire européen de la diversité : www.diversite-europe.eu

L’observatoire européen de la participation citoyenne : www.participation-citoyenne.eu

 

  •  Votre approche d’une véritable Europe Sociale ? et de l’ESS ?

 

Ce serait une Europe qui garantit des droits sociaux, réduit les inégalités, et favorise la cohésion entre ses citoyens et citoyennes.

 

Notre modèle social européen devrait être un subtil équilibre entre un développement économique respectueux de la planète et centré sur l’humain, et une justice sociale qui permettrait à chacun et chacune de mener leur vie dans le respect des droits humains.

 

Nous pouvons bien entendu nous réjouir des avancées européennes en matière sociale – notamment l’adoption en 2017 du Socle européen des droits sociaux – mais nous devons rester exigeants et combatifs afin d’atteindre une Europe solidaire et durable. Ce n’est pas encore le cas !

 

L’économie sociale représente pour nous une réelle alternative au modèle économique libéral. Cette forme d’entreprendre pèse 10% du PIB européen, représente 19,1 millions d’emplois dans l’Union selon le rapport du Conseil économique et social européen de 2017.

 

Nous aimons présenter l’économie sociale – dont la définition entre les États membres reste un problème – autour de quatre principes fondamentaux : la non-lucrativité individuelle ; la gestion démocratique ; l’utilité sociale ou collective (au service du bien commun) ; la mixité des ressources privées ou publiques.

 

Cette manière d’entreprendre nous semble être la juste réponse à la mise en place d’une société solidaire et durable. Elle a démontré sa capacité de résistance et de résilience face aux crises de ces dernières années mais a besoin de volonté politique pour augmenter son poids dans l’économie européenne.

Pas encore de commentaires