Participatif
ACCÈS PUBLIC
22 / 04 / 2022 | 111 vues
Didier Birig / Abonné
Articles : 18
Inscrit(e) le 17 / 01 / 2013

Orpéa tente de se racheter une virginité avec un accord international sur les moyens syndicaux

Depuis plusieurs semaines le groupe Orpea est dans la tourmente, dans ce que la presse a nommé le scandale « d’Orpea ».

 

Si la sortie du livre les « Fossoyeurs » a permis de mettre en exergue les pratiques inqualifiables de cet opérateur international, les conditions d’organisation et de fonctionnement de la représentation syndicale en son sein ont également amené plusieurs syndicats français, dont la Fédération FO SPSS par le biais de l’Union Nationale de la Santé Privée FO, à lancer parallèlement à la plainte de l’État, une procédure visant à contraindre Orpea à redonner plus de transparence et d’équité dans l’organisation et la présence des syndicats dans l’entreprise.

 

Notre fédération a été surprise d’apprendre par voie de presse qu’Orpea avait signé, il y a quelques jours, un accord international visant à organiser l’action syndicale dans ses établissements.

 

L’accord contracté avec une fédération internationale du commerce UNI Global avec l’appui de la Fédération UNI CARE, n’a, pas été présenté aux fédérations françaises du secteur du soin, et encore moins validé par la Fédération Européenne des Services Publics en charge du secteur sanitaire et social. Notre organisation syndicale  est choquée une fois de plus par la méthode, d’autant que le siège social d’Orpea est en France.

 

Cette tentative visant à vouloir redorer son blason, montrer sa volonté de changement ne cachera en rien les pratiques inadmissibles et maltraitantes à l’encontre des usagers, des personnels et des syndicats français, le tout motivé par une course aux profits pour ses actionnaires ! Notre fédération, sans aucune ambiguïté, ne se reconnaît pas dans cet accord et attend que le processus judiciaire français engagé apporte les éléments objectifs sur les pratiques d’Orpea, avant qu’une négociation puisse s’ouvrir !

Pas encore de commentaires