Participatif
ACCÈS PUBLIC
02 / 10 / 2020 | 794 vues
Eric Gautron / Membre
Articles : 18
Inscrit(e) le 25 / 07 / 2014

Classification dans les caisses de la Sécurité sociale : dessine-moi 80 millions

Dès lors que l’on manipule des sommes importantes, on perd un peu la notion des choses et des ordres de grandeur. On parle beaucoup de primes en ce moment mais de combien parle-t-on ? Et l’enveloppe dévolue à la classification ? 80 millions, c’est tout de même énorme.

À moins que…

 

Combien coûte le « contact tracing » ?

Lors de la RPN sur la prime de « contact tracing », nous avons demandé à connaître le coût total de l’opération. Cela englobe le coût des 4.300 CDD recrutés, les mesures salariales des 10.000 collègues mobilisés (prime de 4 % de l’article 23, majoration des heures de week-end) et la prime voulue par l’employeur pour relancer le volontariat de 160 €. Nous attendons la réponse sur ces sommes mobilisées mais on peut estimer que :

  • la prime coûtera 6 millions d’euros pour 2020 ;
  • les CDD coûteront 35 millions d’euros rien que pour les quatre mois de la fin 2020 mais de nombreux CDD depuis le mois de mai ont déjà dû coûter une vingtaine de millions ;
  • à coût total du « tracing » sur huit mois ? Nous attendons la réponse de la CNAM. Mais la facture s’élève sans doute au bas mot à 60 millions d’euros, sûrement plus.

 

Combien a coûté la prime du covid-19 ?
 

Rappelons que chaque branche avait défini son propre cadrage :  

  • branche de recouvrement : 390 € pour 35 % du personnel ;
  • branche de la famille : 30 % du personnel (dont 15 % à 700 € et 85 % à 350 €) ;
  • branche de la maladie : 16 % du personnel à 450 € et 35 % à 200 € ;
  • branche de la retraite : 700 à 800 € pour 15 à 20 % du personnel.

 

L’enveloppe totale était de 22 millions d’euros.

 

Alors, 80 millions pour rénover une classification, est-ce énorme ?

 

Vous voyez bien qu’en mettant ces sommes en relation, on se rend compte à quel point cette enveloppe de 80 millions est dérisoire pour un projet aussi important de rénovation d’une classification. D’autant que pour continuer de faire le rapport entre ces millions, il faut préciser que l’enveloppe de 80 de la classification est pluriannuelle sur trois ans… Donc, en réalité, il a été mis sur la table autant pour la prime du covid-19 que pour la première année d’une nouvelle classification. Pour 150.000 salariés. Ce qui nous amène à un gain moyen de 15 € par mois et par personne...

 

C’est bien le péché originel de cette négociation car, si l’employeur est si fier de nous dire qu’il a arraché cette enveloppe à l’État, c’est un budget qui ne lui permet pas de financer un projet ambitieux à la hauteur de nos revendications ou au moins de quelques-unes car, aujourd’hui, face à FO, la réponse est toujours la même : non.

 

Aujourd’hui, l’employeur souhaite individualiser les rémunérations selon sa convenance d’où la multiplicité des primes :

  • prime du covid-19 ;
  • prime de « tracing » ;
  • prime de résultat étendue (projet « classification ») ;
  • prime de performance collective (projet « classification ») ;
  • mais aussi une RMPP consacrée aux points de compétences à la main de l’employeur au détriment d’une augmentation de la valeur du point, c’est le choix du COMEX.
     

La classification n’est plus une question d’argent mais une question de choix, comme un choix de vie et pour nos valeurs.
 

L’autre tâche originelle de ce projet, c’est le déclassement des cadresLe SNFOCOS a permis de « sauver » plusieurs emplois repères du déclassement mais de nombreux salariés sont encore sous cette menaceLe SNFOCOS a demandé à l’UCANSS qu’un salarié qui bénéficie actuellement d’un niveau de cadre (à partir du niveau 5A donc) conserve son statut et ses accessoiresNous avons demandé à l’employeur de l’inscrire noir sur blanc dans son texte.

 

Rien d’autre ne commandera notre choix de signer ou pas le respect des cadres de la Sécurité sociale.

Pas encore de commentaires