Participatif
ACCÈS PUBLIC
10 / 03 / 2016 | 7 vues
Jacky Lesueur / Abonné
Articles : 1823
Inscrit(e) le 04 / 03 / 2008

L’économie collaborative est-elle le nouveau nom du travail déguisé ?

Il n’y a pas que le transport de personnes à être bousculé par l’économie collaborative. Dans le secteur de la livraison de repas à domicile, les auto-entrepreneurs concurrencent les salariés. Mais le mythe du « libre auto-entrepreneur » ne dissimule-t-il pas un salarié déguisé et privé de statut ?

Début février, Jean Claude Mailly et le président de l’UPA ont publié une tribune dénonçant la volonté du gouvernement de faciliter le recours aux micro-entreprises. Ils y déploraient le « nombre croissant d’auto-entrepreneurs économiquement dépendants, soumis à la commande d’une ou plusieurs entreprises, ces dernières y trouvant leur intérêt car elles évitent ainsi toutes les obligations liées au statut de salarié ».

Un lien de subordination évident

C’est dans la livraison à domicile de repas que s’illustrent aujourd’hui ces dérives avec leurs flottes de livreurs sous le statut d’auto-entrepreneurs, comme Take Eat Easy ou Deliveroo. Or, le lien de subordination est aujourd’hui défini « par l’exécution d’un travail sous l’autorité d’un employeur qui a le pouvoir de donner des ordres et des directives, d’en contrôler l’exécution et de sanctionner le manquement de son subordonnée ».

Les livreurs de ces entreprises pouvant subir la sanction de ne plus être sollicités, étant sous contrôle constant par GPS de leur donneur d’ordres et recevant des directives spécifiques quant aux modalités d’exécution de leur mission, la requalification de la relation en contrat de travail est à la portée d’une cour prud’homale. Les 16 millions d’euros levés en 2015 par la start-up Take Eat Easy y suffiront-ils ?

Pas encore de commentaires