Participatif
ACCÈS PUBLIC
21 / 10 / 2015 | 1 vue
Sonia Perret / Membre
Articles : 3
Inscrit(e) le 01 / 10 / 2015

38 % des travailleurs à domicile se sentent isolés

Désormais considéré comme une forme d’organisation du travail à part entière, le télétravail est pourtant moins développé en France que dans d’autres pays, anglo-saxons notamment. Si ce sont généralement les salariés qui poussent en faveur de son développement, alors que les managers se montrent plus réticents, Regus a interrogé plus de 44 000 travailleurs pour recueillir leur avis sur cette pratique délocalisée. Bien que cette formule séduise de plus en plus de personnes en quête d'une meilleure qualité de vie, le premier fournisseur mondial d’espaces de travail flexibles révèle que les travailleurs à domicile redoutent la solitude et l’amoindrissement de leur vie sociale et font l’objet de besoins bien spécifiques en termes d’espaces de travail.

Chiffres clefs au niveau mondial

  • 74 % des sondés estiment qu’un cadre de travail alternatif à leur bureau est propice à diminuer le stress ;
  • 53 % pensent que les centres d’affaires seraient propices à une meilleure productivité hors de leur bureau habituel et 34 % privilégieraient davantage le travail à domicile ;
  • 52 % des professionnels déclarent travailler ailleurs que dans leur bureau plus de la moitié de la semaine ;
  • 29 % affirment que leur famille voit d'un mauvais œil l'aménagement d'un espace de travail au sein du foyer et 39 % estiment que les membres de leur famille prennent leur travail moins au sérieux lorsqu'ils travaillent à la maison ;
  • 62 % affirment ressentir de la lassitude et avoir besoin de planifier des déplacements à l'extérieur ;
  • 38 % d'entre eux se sentent isolés et 64 % regrettent de ne pouvoir côtoyer d'autres professionnels.

Des conditions de travail stressantes au bureau, propices au développement du télétravail…

Force est de constater qu’aujourd’hui, les conditions de travail sont plus stressantes que jamais ; plus de la moitié des actifs dans le monde interrogés par Regus (53 %) affirment en effet être plus proche d’un « burn-out » qu’il y a cinq ans. Et pour cause : le travail s’immisce de plus en plus souvent dans la vie familiale, 66 % des personnes interrogées affirmant devoir gérer des tâches professionnelles plus souvent durant leur temps libre et 64 % constatant une hausse du nombre de messages instantanés liés à leur travail.

Pour beaucoup de salariés, l’un des moyens de réduire ce stress consiste à travailler périodiquement en dehors de son bureau habituel : 74 % des sondés d’estimer qu’un cadre de travail alternatif est propice à une réduction du stress.

Si les salariés y voient une façon de mieux concilier vie personnelle et vie professionnelle, les entreprises y voient, elles, une solution aux problèmes environnementaux et financiers inhérents à leur activité. L’exemple récent du débat autour du trajet domicile-bureau en est la parfaite illustration ; la Cour européenne de justice considérant désormais que les déplacements en début et fin de journée d'un employé itinérant constituent du temps de travail.

… dans des lieux spécifiques plutôt qu’à domicile

S’il existe de nombreuses options à la disposition des professionnels en quête d’un cadre de travail flexible, pour plus de la moitié des personnes interrogées (53 %), les centres d’affaires seraient particulièrement propices à la productivité hors du bureau habituel, davantage que le travail à domicile (34 %).

Les collaborateurs exerçant leur activité chez eux se sentent en effet isolés (38 %) et regrettent de ne pouvoir côtoyer des collègues (64 %). Parmi les autres problématiques mises en lumière par Regus, figurent l'animosité des autres membres de la famille en raison de l'espace important occupé par le travailleur dans la maison, ainsi que la moindre considération accordée au travail par les autres membres de la famille et les distractions intempestives.

Si un travailleur sur sept affirme être plus épanoui depuis qu’il travaille ponctuellement hors de son bureau habituel, la liberté conquise par le travail à domicile n’apparaît pas aussi idéale qu’il n’y paraît. Les travailleurs flexibles ont en effet besoin d'un environnement professionnel entièrement équipé pour être productifs et préserver leur bien-être.

« Nos habitudes de travail subissent d’importantes transformations à travers le monde. Les nouvelles technologies, notamment les communications mobiles et instantanées, offrent désormais aux travailleurs beaucoup plus de flexibilité. Les lieux consacrés au télétravail et au coworking constituent une solution idéale pour les travailleurs qui ne disposent pas d’un bureau équipé chez eux. Ces espaces proposent en effet des cadres de travail professionnels, productifs et parfaitement sécurisés d’un point de vue informatique, pour travailler efficacement et en toute sérénité, là où l’on souhaite être, aux moments requis. Ils offrent également la possibilité de rencontrer d'autres travailleurs et de profiter ainsi d'échanges professionnels bienvenus », conclut Christophe Burckart, directeur général de Regus France.

 

Afficher les commentaires

Le recul, ne caractérise pas la partie participative de Miroir Social encore que certaines contributions prennent le large. Comme vous pouvez le noter, cette information est produite par l'agence en charge de la communication de Regus. C'est l'occasion pour vous de rebondir mais vous pourriez publier sur votre expérience du télétravail avec le même niveau de lecture que l'article qui vous fait réagir. Il suffit de devenir rédacteur. C'est gratuit. Pour le recul, c'est dans la partie sur abonnement que vous le trouverez. Là, les papiers sont produits par les journalistes. Survolez donc la trame de notre dossier sur le télétravail > http://www.miroirsocial.com/dossier/24/le-teletravail-une-tres-bonne-variable-d-ajustement Bonne journée