Participatif
ACCÈS PUBLIC
02 / 03 / 2018 | 26 vues
Rodolphe Helderlé / Journaliste
Articles : 4107
Inscrit(e) le 16 / 11 / 2007

Société Générale : la CFDT et FO ne signent pas l’accord de transformation qui intègre une rupture conventionnelle collective

La CFE-CGC, la CGT et la CFTC signent avec la majorité suffisante l’accord d’accompagnement social du plan de transformation de la banque de détail qui intègre une rupture conventionnelle collective (RCC) et des mesures de mobilité interne. L’objectif est de supprimer 2 135 postes dans la banque de détail d’ici 2020.

« Nous n’avons pas signé l’accord sur la qualité de vie au travail pour que des êtres humains soient traités comme un vulgaire bien de l’entreprise. La Société Générale, qui se vante de sa politique RSE, n’a pas une attitude responsable socialement en se séparant des salariés qui ne l‘intéressent plus au lieu de les former pour augmenter leur employabilité », estime la CFDT qui voit par ailleurs des sources de discrimination dans les mesures de mobilités géographiques proposées en marge de la RCC. Ainsi, une prime de 40 000 € sera touchée par les salariés qui acceptent de bouger dans une direction régionale du nord et de 25 000 € pour ceux qui acceptent une mobilité dans une direction régionale du sud. Selon FO, « si des départs volontaires sont souhaités par certains salariés, ils doivent s’accompagner d’embauches. L’utilisation de la RCC et le chantage à l’emploi vont décupler le stress déjà existant, généré par des mutations géographiques forcées et des départs dit volontaires mais qui sont en réalité imposés puisque sans alternatives réalistes proposées ».

Pas encore de commentaires