Participatif
ACCÈS PUBLIC
29 / 03 / 2024 | 61 vues
Jacky Lesueur / Abonné
Articles : 1775
Inscrit(e) le 04 / 03 / 2008

Les enseignants contractuels sont-ils des enseignants comme les autres ?

C'est le sujet sur lequel  s'est penché le Centre d’études de l’emploi et du travail (CEET) (*)  La question de l'attractivité des emplois dans l'ensemble de la Fonction publique  a été évoquée à plusieurs reprises dans ces colonnes , le Ministre lui-même semblant intégrer cette question dans les projets de réforme qu'ils préparent..?

L' enseignement public français n'est pas épargné et fait face à des difficultés croissantes pour recruter des enseignants du primaire et du secondaire. Le Centre d’études de l’emploi et du travail (CEET) (*) s'est penché sur le sujet. Célestine Lohier, livre le résultats de ses observations et ses réflexions dans une récente note (**)

 

Dans le contexte actuel et pour faire face aux problèmes de recrutement , l’Éducation nationale a eu recours à divers palliatifs et  mobilisé des canaux de recrutement  parallèlement  au recrutement par concours.

 

Ainsi  le recours aux contractuels n'a cessé d'augmenter ces  dernières années.

 

Le dernier numéro de Connaissance de l’emploi (**) propose un portrait et un tour d’horizon de leurs conditions d’emploi....

 

L’exploitation des données de l’enquête "Emploi " montre que ce canal de recrutement alternatif conduit à recruter des enseignants au profil différent de ceux recrutés par la voie du concours.


En fait....des enseignants plus jeunes, plus souvent d’origine étrangère.


A noter également que la proportion d’hommes parmi les enseignants contractuels est plus élevée que parmi les enseignants titulaires; ils  sont aussi en moyenne plus jeunes que leurs homologues titulaires et ont moins d’ancienneté dans la fonction publique


L'un  des aspects les plus souvent questionnés dans le débat public est le niveau de diplôme et de formation des enseignants contractuels. Ces derniers ne sont pas recrutés dans le cadre homogène, collégial et très normé des concours, mais la plupart du temps à l’issue d’un entretien individuel avec un inspecteur d’académie. Mais il reste important de souligner que plus de 80 % des enseignants contractuels ont un diplôme de niveau Bac +3 ou supérieur, proportion qui indique que les recrutements à Bac  +2 sont minoritaires (18 %).

 

De plus, l’Éducation nationale leur offre à la fois moins de formation et des conditions d’emploi moins avantageuses qu’à leurs homologues titulaires.

 

De par leur statut, les enseignants contractuels sont plus précaires que leurs homologues fonctionnaires. 


Près de 80  % des enseignants contractuels sont en contrat à durée déterminée (CDD) et parmi ces CDD la majorité est d’une durée inférieure à un an

 

Pour l'auteure de cette note, " Parmi ceux qui sont encore dans la fonction publique huit ans plus tard, la majorité a été titularisée (56  %) ou « CDIsé » (24  %), attestant que le statut de contractuel peut donc être une voie d’accès au statut de fonctionnaire.

Mais près de la moitié des contractuels recrutés en 2010 ne sont plus enseignants huit ans plus tard, indiquant une déperdition élevée certainement à mettre en lien avec les conditions d’emploi défavorables que nous décrivons.

Ces éléments posent la question de l’attractivité et de la pertinence, notamment sur le long terme, du recours aux contractuels comme solution au manque de candidats aux concours"

 

(*) Le Centre d'études de l'emploi et du travail est un programme transverse du Conservatoire national des arts et métiers qui vise à développer une recherche pluridisciplinaire sur le travail et l'emploi

(**)  pour plus de détails: Télécharger la publication

Pas encore de commentaires