Ofi AM investissement responsable

 

Participatif
ACCÈS PUBLIC
28 / 06 / 2019 | 607 vues
André THOMAS / Abonné
Articles : 2
Inscrit(e) le 04 / 06 / 2019

Le TGI de Bobigny suspend le PSE PDV de l'AFPA en demandant des mesures correctives pour les RPS

La décision du tribunal de Bobigny qui vient de suspendre le PSE PDV de l'AFPA en demandant des mesures correctives pour les RPS est-elle une bonne ou mauvaise nouvelle ?

 

La CFE CGC n'a pas pour habitude de commenter des décisions de justice qui sont par essence même fondamentales à notre droit et de fait respectables. Sauf qu'en la situant dans un contexte global, nous savons très bien qu'une décision de justice n'a jamais sauvé une entreprise, ni même renfloué ses dettes. Mme la Ministre, Mme Pénicaud; voulez- vous le faire ?
 

Dans le cas de l'AFPA, après 9 ans de gel des salaires, nous avons vu aujourd'hui des salariés pleurer suite à cet attendu. D'autres révoltés !
 

Et nous écrire des mails de cet ordre : "je suis EF-FA-REE, RE-VOL-TEE, en CO-LE-RE ! c’est une honte ! je pense à tous les collègues qui attendent dans l’incertitude depuis des mois, c’est pas des RPS ça ??"
 

Pourquoi ? Cela fait 1 an et 2 mois que suite au vote du projet stratégique au CA, le 4 avril 2018 ,  nous savons ce qui va se passer. Et les conditions de travail deviennent pire de jour en jour. L'état de délabrement est général. Il y ceux qui souffrent en attendant de partir et ceux qui souffrent en attendant de rester.
 

Un délégué d'une autre organisation syndicale nous confiait en off au retour de Bobigny : "c'est vrai qu'on a pris des risques avec le gouvernement ". Ou est l'inconscience des uns et des autres ? Faut-il que un seul ait raison ?

 

La CFE-CGC demande au gouvernement de prendre ses responsabilités :
 

  • en organisant la tenue d'un référendum en interne sur l'acceptation ou pas des conditions du plan de départ volontaire (demande faite en janvier 2019 )
  • en organisant la tenue d'élections professionnelles que la gouvernance (l'Etat majoritaire au CA ) a demandé de proroger il y a 1 an (dernières élections en 2013)
  • d'investir massivement et rapidement dans les centres en suivant les préconisations de la CFE-CGC sur des métiers et des activités nouvelles
  • de créer des filiales autonomes et responsables
  • de créer des conditions de motivation rétributaire pour éviter l'hémorragie Rh interne
     

Faudra-t-il écrire le livre noir d'une gouvernance et du syndicalisme à l'AFPA ? Sommes nous, à travers cet exemple, le symbole d'un pays sclérosé vis à vis de la misère sociale ? Alors que les besoins n'ont jamais été si grands ? Préférez-vous un syndicalisme low cost (les gilets jaunes ) ou un syndicalisme responsable, porteur de vraies valeurs de progrès ?
 

Vous avez préféré il y a 1 an, négocier une prorogation de mandat avec la direction et les organisations syndicales pour espérer un retour sur investissement que vous n'avez pas.Donc vous portez la responsabilité de ce qui se passe maintenant.
 

Sous prétexte  que nous ne sommes pas représentatifs suite à des élections vieilles de 6 ans, vous n'avez jamais voulu nous recevoir. Tous n os courriers sont restés sans réponse alors que cela fait 3 ans que nous sommes la seule organisation syndicale qui propose un plan de départ volontaire, qui seule a voté pour l'EPIC.
 

La CFE-CGC AFPA demande une réponse rapide


"Est-ce un bien pour un mal ? Un mal pour un bien ? Comment le gouvernement prendra-t-il cette décision ? Les centaines de candidats au départs ? Est-ce que cela règle tous les problèmes ? D’un côté un syndicalisme décomplexé, de l’autre jusqu’au boutiste, une direction vraisemblablement effarée à l’heure où on écrit ces lignes" - Un salarié


Mais où va l’AFPA ? Voilà la question que nous vous posons Mme Penicaud.

Pas encore de commentaires