Participatif
ACCÈS PUBLIC
23 / 07 / 2021 | 61 vues
Philippe Charry / Abonné
Articles : 54
Inscrit(e) le 29 / 08 / 2012

Il est urgent d’agir pour la reconnaissance des compétences et des qualifications chez Orange

Notre fédération attendait beaucoup de l’accord de reconnaissance des compétences et des qualifications  dont l’un des principes est de répondre aux attentes des salariés en termes de reconnaissance selon des critères d’évaluation équitables, homogènes et transparents, fondés sur les compétences mises en œuvre et les qualifications de chacun.

 

Force est de constater que l’application de cet accord est tronquée et la décision unilatérale de l’entreprise visant à instaurer un nouveau référentiel de métier a totalement changé la donne.

 

Les modalités de positionnement des salariés sur des niveaux de qualification (base, opérationnel, avancé et référent) sont contestées et contestables, d’autant plus qu’elles conditionnent les mesures salariales dont le personnel bénéficiera ou non au titre de l’accord.

 

Notre organisation syndicale dénonce de nombreuses dérives et dysfonctionnements, tels que les budgets portés par le périmètre hiérarchique, les désaccords sur l’évaluation du niveau de compétence du salarié et l’attribution arbitraire des codes de métiers.

 

Il est donc indispensable d’apporter les améliorations nécessaires au dispositif de reconnaissance des compétences et qualifications correspondant aux nouvelles exigences de montée en compétences des métiers de demain. Les managers doivent avoir les moyens nécessaires et être davantage accompagnés.

 

Notre fédération espère un retour à un dialogue serein et loyal et elle revendique :

  • une communication sur l'accompagnement et les actions d'évolutions de carrières pour les salariés,
  • une application homogène de l’accord au niveau national,
  • une présentation des bilans au sein des DO/divisions,
  • un renforcement des parcours professionnels et de la formation associée,
  • un budget spécifique et adapté,
  • et l'ouverture de la négociation de l’accord avant le dernier trimestre 2021.
Pas encore de commentaires