Participatif
ACCÈS PUBLIC
07 / 07 / 2023 | 268 vues
Alain ANDRE / Abonné
Articles : 69
Inscrit(e) le 09 / 06 / 2021

Les projets d'organisation du PDG du groupe EDF: une présentation tronquée qui appelle à la prudence

Vendredi 30 juin, nous avons rencontré le PDG du Groupe EDF qui nous a présenté les principes évoqués la veille avec le «Top 300» des managers d’EDF et qu’il souhaite mettre en œuvre début 2024.

 

Le Président a indiqué que son objectif est de pouvoir répondre à la cadence industrielle des défis à venir notamment celui de construire à temps. Pour y arriver, il nous a indiqué avoir la volonté de capitaliser sur nos atouts tout en musclant les modes de fonctionnement.

 

Notre fédération  s’interroge sur l’intensité des séances de musculation et sera attentive à ce que ni le personnel ni la structure de l’entreprise n’en fassent les frais…

 

Le président a souligné que le Groupe a des points de forts : compétence de qualité, expérience, climat de confiance…

 

Selon lui, il y a toutefois des éléments à améliorer tels que notre capacité à :
 

  • Définir nos objectifs comme clients, pour être compétitif vis-à-vis des autres modes de production.
  • Construire en temps et en heure.
  • Sortir de la tendance à travailler en silo, et mettre en commun les moyens et pratiques.

 

Pour y arriver, le président a nommé 5  «préfigurateurs» pour redéfinir les contours des métiers du nucléaire afin de :
 

1. Rassembler le côté «clients».

La maîtrise d’ouvrage, la technique, et l’exploitation du parc existant.

2. Industrialiser la conduite des projets avec une maîtrise d’œuvre couvrant l’ensemble des responsabilités liées à l’exécution des projets nucléaires.

3. Piloter la supply chain nucléaire en lien avec l’ingénierie. Le président souhaite que ce soit un métier structuré en tant que tel (fournisseurs, filiale, etc.).

4. Mettre en œuvre un pilotage de l’ensemble des compétences des ingénieries (nouveaux nucléaires et anciens…) avec des outils communs.

5. Organiser l’industrie avec Framatome et GE et constituer un pôle qui doit avoir un pilotage dédié.

 

Notre fédération  estime que cette feuille de route est un préalable au plan stratégique qui n’a pas encore été dévoilé, c’est donc une présentation tronquée qui nous appelle à la prudence.

 

Nous sommes d’ailleurs circonspects de la conjugaison de cette restructuration et du plan stratégique à venir et surtout de son impact sur le Groupe EDF, ses personnels, le Statut des IEG, et l’avenir du Service public.

 

Nous estimons que cette réorganisation n’apporte pas de réponses aux problématiques de financement de la filière nucléaire pour lesquelles l’actionnaire principal reste bien silencieux.

 

Sans condamner ce projet de réorganisation, nous estimons  toutefois qu’il semble bien loin de résoudre les réelles problématiques auxquelles est confronté le Groupe depuis la déréglementation du marché de l’énergie.

 

Ce n’est pas une énième réorganisation qui permettra de répondre aux besoins de la  révolution énergétique pour des raisons environnementales de manière pragmatique ou encore de permettre à la France d’assurer son intégrité, son indépendance, et garantir à tous les Français le pacte républicain sur la question de l’énergie.

 

C’est un plan majeur du Service public qui doit être mis en œuvre pour développer un nouveau modèle énergétique français en évitant de laisser la place à la spéculation et à la captation des ressources via des subventions publiques mal ciblées.

 

C’est dans ce cadre que notre organisation syndicale revendique une refondation de la filière française de l’énergie et la création d’un Pôle public nationalisé de l’énergie décarbonée

Pas encore de commentaires