Participatif
ACCÈS PUBLIC
14 / 04 / 2021 | 185 vues
Philippe Soubirous / Abonné
Articles : 2
Inscrit(e) le 22 / 07 / 2020

Suppression de l’ENA : Il ne suffit pas de modifier le nom de l’école pour en changer les objectifs et les moyens

À grand renforts médiatiques, le Président de la République vient d’annoncer la suppression de l’École nationale d’administration (ENA) et son remplacement par un institut de service public (ISP).

 

Cet institut formera l’ensemble des élèves administrateurs de l’État et intégrera un tronc commun à 13 écoles de service public, y compris les auditeurs de justice (NDLR : élèves magistrats) et les ingénieurs recrutés à la sortie de Polytechnique. La formation y sera ouverte au monde académique et de la recherche en France et à l’international, notamment au gré d’un partenariat avec les universités qui lui permettront d’être diplômante. Chargé de la formation initiale et continue, l’ISP s’inspirera de l’École de guerre pour accompagner les parcours professionnels et détecter les hauts potentiels.

 

Le chef de l’État dit vouloir sortir du déterminisme et du corporatisme que l’ENA a pu produire au fil des ans. Pour cela, des administrateurs de l’État en sortiront, affectés en début de carrière à des fonctions opérationnelles, préfectorales ou administratives déconcentrées et pour être ultérieurement appelés à d’autres responsabilités après plusieurs années de carrière, dont des fonctions dans les grand corps (CE, CdC, IGF, IGA ou IGAS.)

 

Notre organisation syndicale appelle depuis longtemps à une réforme du recrutement, de la formation et de la carrière des cadres supérieurs et dirigeants de l’État. En effet, la haute fonction publique ne saurait rester à l’écart des mutations sociales, des orientations de l’action publique et des évolutions statutaires.

 

Rappel de nos revendications en la matière

  • Renforcement statutaire et formel du A+.
  • Déroulement de carrière plus attractif dans l’encadrement supérieur ; fin du pantouflage.
  • Parité indiciaire entre les filières professionnelles selon le principe « à diplôme égal – grille équivalente ».
  • Transformation des grades et des corps ou cadres d’emplois fonctionnels ou de débouchés en grades d’avancement.
  • Augmentation des possibilités d’accès aux trois niveaux de grade.
  • Décontingentement de l’accès au sommet l’échelle lettre (HE).
  • Un plus grand accès des docteurs aux concours des corps de A+.
  • Une durée équivalente et un tronc commun de formation pour l’encadrement supérieur, pour un statut commun d’administrateur public.
  • Suppression du recrutement direct dans les grands corps, que les grands corps ne soient accessibles qu’en débouché de carrière.
  • Fin du plafond de verre entre A et A+, avec la transformation des tours extérieurs en avancement au choix en CAP.
  • Adaptation des concours internes pour les rendre attractifs et accessibles à tout moment de la carrière et pas aux « néo-recrutés ».
  • Accès réel à la formation continue.
  • Préservation de l’ENA comme école d’application et son ancrage dans l’enseignement supérieur.

 

Les propositions du gouvernement pour faire évoluer l’ENA vers un ISP en reprennent une partie.

 

Cependant, notre fédération alerte sur l’impérieuse obligation qu’une telle réforme se fasse dans un cadre statutaire. C’est-à-dire avec la double exigence du dialogue social avec les organisations syndicales représentatives de la fonction publique de l’État et le respect des règles générales appliquées à la fonction publique, laquelle est une et indivisible. Il ne suffit pas de modifier le nom de l’école pour en changer les objectifs et les moyens.
 

C’est pourquoi FO-fonction publique attend donc l’agenda social proposé par le Premier Ministre pour la mise en place des nouvelles orientations gouvernementales en faveur de l’encadrement supérieur de la fonction publique.

Afficher les commentaires

Selon acteurs publics...Le gouvernement devait  transmettre au Conseil d’Etat ce 30 avril le projet d’ordonnance de réforme de la haute fonction publique. L’entrée dans les grands corps juridictionnels pourrait s’effectuer au bout de deux ans mais l’intégration ne pourra y intervenir que plus tard et sans automaticité.....

A suivre !!