Participatif
ACCÈS PUBLIC
06 / 01 / 2022 | 392 vues
Patrice Clos / Abonné
Articles : 27
Inscrit(e) le 08 / 04 / 2012

Échec sur les salaires dans le transport routier face à « une trappe à bas salaire permanent »

La dernière réunion de négociation annuelle obligatoire (NAO) du secteur du transport routier de marchandises (TRM) s'est tenue mercredi. Les parties patronales FNTR, TLF et OTRE se sont accordées et ont proposé de s’aligner sur la dernière proposition d’OTRE, soit + 5 % en linéaire sur les taux conventionnels 2020 à l’embauche.

Coef 120 : 10,20 € + 5 % = 10,71 €
Coef 128 : 10,23 € + 5 % = 10,74 €
Coef 138 : 10,25 € + 5 % = 10,76 €
Coef 150 : 10,49 € + 5 % = 11,01 €

 

Elles sont aussi d’accord pour revoir la protection sociale du secteur (santé au travail) avoir un accord sur l’intéressement et la participation et l’accueil des conducteurs dans les autres entreprises. Enfin, toutes les organisations patronales acceptent der défendre un vrai permis professionnel.

 

En matière de taux conventionnel, les OP nous ont fait savoir qu’elles n’iraient pas au-delà. Pourtant, notre organisation syndicale avait fait une contre-proposition tenant compte de l’inflation et du prévisionnel 2022 à coef. 120 : 11,71 € / coef. 128 : 11,74 € / coef. 138 : 11,76 € / coef. 150 : 12,00 €. Sachant que les salariés des transports perdent 1/12e de mois sur l’augmentation du SMIC du 1er octobre 2021.


Nous avons bien compris que nous étions dans un schéma dans lequel le chien se mord la queue. En effet, sachant que les allègements de cotisations patronales ne vont que jusqu’à un certain pourcentage du SMIC, la partie patronale ne veut absolument pas perdre les allègements.


Donc, un système qui était soi-disant fait pour aider les entreprises face à la concurrence devient de fait « une trappe à bas salaire permanent ».

 

La FNTL FO-UNCP en appelle donc au Premier Ministre, à la Ministre du Travail et au Ministre délégué des Transports pour rapidement régler ce grave et problématique dysfonctionnement. Simultanément, notre fédération fera le tour de ses syndicats du TRM pour voir la suite à envisager à cette pseudo-négociation annuelle obligatoire du transport routier de marchandises.

Pas encore de commentaires