Participatif
ACCÈS PUBLIC
13 / 10 / 2023 | 152 vues
Dominique Delpouy / Abonné
Articles : 54
Inscrit(e) le 16 / 01 / 2009

Banque de France : lancement d'une expertise indépendante pour risque grave et imminent

Mercredi 11 octobre 2023, se tenait à la Banque de France un CSE central extraordinaire relatif aux conditions de travail. Cette réunion fait suite aux deux suicides ayant eu lieu en juin. L’un des salariés qui s’est donné la mort a laissé une lettre incriminant directement ses conditions de travail et une « maltraitance » de la part de l’institution.


L’objectif des organisations syndicales représentatives ayant unanimement déclenché ce CSE central était de lancer une expertise indépendante sur l’ensemble de la Banque de France pour risque grave et imminent.


Loin de réaliser la gravité de la situation à la Banque de France, le Gouverneur a déclaré : « Sur les effectifs, je le dis, nous avons fait désormais l’essentiel de l’effort ». En clair, les suppressions d’effectifs vont continuer comme prévues par la direction. Il a également confirmé le déploiement d’un nouveau plan de fermetures dans la filière fiduciaire (filière où ont lieu les deux suicides) début 2024 : « Nous dirons au début de l’an prochain –j’y mesure les attentes– le dispositif et l’ambition que nous proposons pour le métier fiduciaire. ».


Le Gouverneur a par ailleurs annoncé un programme d’action « Bien-être au travail », via des enquêtes sur la qualité de vie au travail et la nomination d’une personne extérieure pour les collègues en situation de plus grande difficulté, en parallèle de l’expertise votée à l’unanimité par les élus. Au-delà d’être une tentative évidente de reprendre la main et d’opposer une mesure interne pilotée par la Direction Générale des Ressources Humaines à l’expertise indépendante, la direction semble donc se préparer d’ores et déjà à contester les résultats de l’expertise avant même d’en connaitre les conclusions, ce qui laisse présager que les causes qui risquent d’être identifiées par l’expert sont connues et redoutées par le gouvernement de la Banque.


La direction de la Banque de France a d’ailleurs exprimé toutes ses réserves sur l’expertise indépendante affirmant que seul son plan d’action interne était pertinent.


Après la négation des problématiques identifiées par le rapport Altéo en 2019, qui parlait déjà d’un risque avéré de suicides dans notre institution, nous assistons aujourd’hui à une stratégie de discréditation de l’expert choisi avant même le démarrage de son travail. La communication semble donc une nouvelle fois privilégiée par la direction en lieu et place d’une volonté d’identifier sincèrement les difficultés et les résoudre.


A ces mesures, s’ajoute la nomination d’un expert sur les questions de risques psycho-sociaux.


La CGT, le SNA et FO prennent donc acte du refus de l’Employeur de faire une pause dans les réformes et de revoir les cibles d’effectif. Sans ces mesures, la souffrance au travail, avec ses conséquences sur la santé des salariés, va continuer de progresser au sein de l’Institution.


Les organisations syndicales, en responsabilité, ont donc voté unanimement le lancement de l’expertise pour danger grave et imminent et nommé Technologia pour l’effectuer.

Afficher les commentaires

 


Le syndicat FO BDF rappelle qu'à l’occasion du CSE-C du 11 octobre 2023, le recours à une expertise a été voté à l’unanimité des élus avec pour objectif de faire un point sur les conditions de travail à la
Banque de France.

 

Le cabinet d’expertise Technologia a été désigné.


Mais, en  parallèle, le gouvernement de la Banque a présenté son plan d’action « bien-être au travail » à l’occasion de ce CSE-C.


Le syndicat estime que les discours de bonnes intentions ne suffisent pas et que les annonces effectuées ne doivent pas se cantonner à un affichage : il est temps d’agir car nos conditions de travail continuent de se dégrader en raison de la baisse incessante des effectifs et du manque de reconnaissance manifeste de notre employeur.


Les agents n’adhèrent pas aux différents plans stratégiques qui s’enchaînent et qui ont pour but de réduire les coûts en aboutissant inéluctablement à des suppressions de postes.


Alors que le projet de convention de Technologia vient d’être adressé à la Banque, celle-ci souhaite l’amender sur certains points… preuve s’il en est que sans vouloir contester l’expertise, la banque n’accepte pas de jouer le jeu !