Parole
ACCÈS PUBLIC
05 / 06 / 2020 | 160 vues
Rodolphe Helderlé / Journaliste
Articles : 4168
Inscrit(e) le 16 / 11 / 2007

Focus

Le risque de faire passer l’emploi avant tout

Entretien avec Valérie Pérot, dirigeante d’AEPACT, cabinet d’expertise sur la santé au travail, qui s’inquiète de la pression qui pèse déjà sur les délégués syndicaux pour faire passer l’emploi avant tout. Ainsi, rares sont les experts de la santé au travail missionnés par les élus dans le cadre des plans de reprise où les conditions de ‘'activité économique prennent le pas sur les conditions sanitaires. Priorité à la négociation. Les CSE ne sont souvent même pas consultés. Ce n’est pas une surprise au regard des délais d’information-consultation réduits à l’extrême par le décret de début mai bornant l’expertise à « cocher des cases », comme le ferait un bureau de contrôle...
 


 


Avec la grave crise économique qui s’annonce, les PSE vont se multiplier avec le droit pour les élus de se faire assister par des cabinets d’experts pour analyser la réalité des situations économiques mais aussi sur les conséquences sur la santé des salariés. Deux droits à expertise sur lesquels certains employeurs n’hésitent pas à faire du chantage sur des coûts qu’ils prennent en charge à 100 %. L’occasion pour les élus de demander que la lumière soit faite sur le coût des accompagnements externes des directions sur les réorganisations. Valérie Pérot souligne que la problématique de la santé au travail se pose même dans le cadre de la fermeture d’un site qui se déroule sur plusieurs mois avec une nouvelle organisation du travail liée à des départs progressifs et, paradoxalement, à des phénomènes de surcharge de travail.
 

Les accords de performance collective vont aussi se développer dans le cadre de négociations mais cela doit aussi rimer en amont avec une information-consultation du CSE sous-tendue par un droit à expertise pour projets importants afin de mesurer les conséquences sur les conditions de travail. Encore faut-il que les syndicats mettent le CSE dans la boucle, ce qui n’est pas aussi évident que ça… La bonne articulation entre CSE et syndicats est plus que jamais nécessaire sur le sujet.
 

C’est grâce à des syndicats forts qu’il est possible de négocier des délais cohérents en bonne intelligence pour rendre des avis éclairés. Accessoirement, c’est ce poids syndical qui permet de ne pas en passer par du co-financement sur des expertises pour projets importants notamment.