Focus
ACCÈS PUBLIC
09 / 02 / 2024 | 77 vues
Rodolphe Helderlé / Journaliste
Articles : 4143
Inscrit(e) le 16 / 11 / 2007

Live Syndex

Dialogue social relatif à l’environnement : Comment activer les bons leviers pour une transition juste ?

Un déménagement, une commission transition écologique : deux CSE accompagnés par Syndex ont partagé le 7 novembre leur approche du levier environnemental dans le cadre d'un direct organisé par MiroirSocial.


L'environnement est encore loin d'être un objet de dialogue social balisé. On apprend à petit pas. "Près des deux tiers des élus se considèrent comme insuffisamment compétents pour porter une approche environnementale. La formation est le levier pour gagner en confiance en sachant qu'il y a le même déficit de compétence du côté des DRH. Si les enjeux environnementaux peuvent être partagés entre élus et direction dans des formations communes, les techniques à mettre en œuvre pour imposer le sujet ne peuvent se distiller que dans des formations dédiées aux élus. Il y a des intérêts différents", explique Olivier Chabrol, le coordinateur de l'expertise en RSE à Syndex, un pôle qui regroupe une dizaine de consultants.


Le cas de la fermeture et du déménagement du site Orange de Portet-Sur-Garonne localisé dans la périphérie de Toulouse est la parfaite illustration de la divergence des intérêts. "L'étude d'impact présentée en CSE par la direction portait essentiellement sur les gains énergétiques du nouveau bâtiment avec une quasi impasse sur la conséquence de l'augmentation des temps de transport, essentiellement en voiture, d'une majorité des 300 salariés de l'ancien site. C'est tout le travail qu'a mené Syndex dans son expertise environnementale pour contrebalancer l'argument de la direction",  explique Yves Lizeaux, le secrétaire adjoint du CSE de la DTSI d’Orange (12 000 salariés sur la partie réseau et système d'information). La direction reste inflexible. Résultat : à l'unanimité, le CSE DTSI a voté pour saisir la justice. Le cabinet JDS Avocats a été choisi pour porter l'affaire. Pas au pénal pour mise en danger de la vie d'autrui par exemple, mais au civil, pour préjudice écologique. La CFDT, SUD et l'Unsa sont d'ores et déjà associés à cette action qui illustre un intérêt à agir sociétal.

 

Chez Air France, la commission transition écologique du CSE Centrale s'est réunit pour la deuxième fois le 14 novembre. Les enjeux du carburant d'aviation durable (CAD) avec lequel les avions vont de plus en plus voler est particulièrement sensible et donc au programme. "Les sujets traités au sein de cette commission sont intéressants car on défriche. Le carburant d'aviation durable va avoir des conséquences sur les métiers du personnel qui travaillent sur les pistes et en maintenance. Il faut que les équipes RH participent à la commission comme le fait pour le moment l'équipe projet sur le CAD. Ce n'est pas encore le cas", regrette Saléha Bellabas, la coordinatrice CFDT de la commission transition écologique du CSEC où les 6 élus disposent de 30 heures de délégation. Et la coordinatrice syndicale de poursuivre : "pour identifier le maximum des enjeux environnementaux sur les métiers, il faut mettre en place des comités dédiés dans les différentes activités. La commission poussera dans ce sens".

 

"Les élus doivent apprendre à prioriser les leviers d'action environnementaux qui sont présents partout si l'on cherche un peu. C'est tout l'intérêt de partie d'une cartographie la plus exhaustive des enjeux pour ensuite prioriser. Dans l'aérien, il y a la question du carburant mais aussi celle de la motorisation qui se pose par exemple", souligne Olivier Chabrol qui conclut en invitant les élus à se lancer en CSE en inscrivant à l'ordre du jour une première question sur la politique environnementale de l'entreprise. Un bon point de départ pour commencer à dérouler un long fil...