Bip Bip
ACCÈS PUBLIC
14 / 02 / 2022 | 56 vues
Rodolphe Helderlé / Journaliste
Articles : 3926
Inscrit(e) le 16 / 11 / 2007

Quelle place pour l'actionnariat salarié dans la rémunération globale ?

Lors des confinements, la prime d'intéressement trimestriel versé aux salariés de Leroy Merlin a parfois dépassé 40 % de la masse salariale. Pour mieux réguler cette redistribution par laquelle 90 % des salariés sont actionnaires, la direction a fait évoluer les indicateurs.  C'est dans ce contexte que les syndicats se sont mobilisés pour obtenir une augmentation générale de 3,9 % des salaires. « Lier la rémunération à la recherche de sur-performances systématiques ne fait pas une politique salariale », considère Bernard Vigouroux, délégué syndical central FO de Leroy Merlin dont les salariés détiennent 15 % du capital via une épargne salariale principalement alimentée par un intéressement trimestriel qui représente en moyenne 23 % de la rémunération globale. 


Les salariés actionnaires exposent leur épargne aux fluctuations des cours et aux conséquences d'OPA qui peuvent venir de l'intérieur à l'instar de celle de Patrick Drahi, le fondateur d'Altice Europe. Celui-ci a en effet enterré le fonds d'actionnariat maison à l’occasion de son OPA de janvier 2021. Le fonds maison est devenu un fonds diversifié, non abondé. De quoi semer le doute chez les salariés. Une pleine illustration de l’importance que le PDG accorde à l’actionnariat salarié comme levier d’engagement.