Participatif
ACCÈS PUBLIC
13 / 03 / 2023 | 127 vues
Agnès Rivière / Membre
Articles : 10
Inscrit(e) le 11 / 09 / 2020

Vos collègues sont-ils plus écolos que vous ne le croyez ?

Il y a deux ans, Représente.org lançait avec le CSE de Jobteaser sa première enquête sur la sensibilité à l’écologie des salariés et leurs aspirations pour des activités sociales et culturelles (ASC) plus durables. Aujourd’hui, au bout de 16 enquêtes diffusées, plus de 5500 répondants cumulés, et près de 200 entretiens qualitatifs conduits, voici quelques enseignements que nous souhaitons partager avec vous.
 

Si on fait une enquête sur la sensibilité à l'écologie, est-ce qu'il n'y a que les écolos qui y répondent ? 
 

Lorsqu’on diffuse ce questionnaire, on espère généralement atteindre une participation d’au moins 50%. Cela surprend parfois les élus. Mais nous savons que dans beaucoup de cas, c’est tout-à-fait réalisable, même si c’est plus compliqué, bien sûr, dans les grosses structures de plus de 500 voire 1000 salariés. 
 

Cela pose malgré tout une question : est-ce que les non répondants pensent très différemment des répondants ? Il n’y a pas de moyen d’en être parfaitement sûrs, mais nous avons quelques éléments qui nous permettent de penser que les résultats issus d’un tel taux de participation demeurent pertinents. 
 

D’une part, parce qu’en comparant certains résultats avec des données issues d’enquêtes nationales, on trouve des chiffres cohérents voire identiques. On a aussi pu observer que les personnes les plus engagées ne sont pas nécessairement plus promptes que les autres à répondre au questionnaire. Certaines ont tout autant  besoin d’être relancées plusieurs fois.
 

Enfin, il faut tenir compte du fait que certains salariés sont plus assidus lorsqu’il s’agit de suivre les actions mises en place par leur CSE. Cela ne présume en rien de leur degré de conscience environnementale, mais détermine probablement pour une part leur motivation à participer à un sondage.
 

Quand on demande aux gens s'ils trouvent que l'écologie c'est bien, il vont tous répondre que oui mais au fond qu'en sait-on vraiment ?
 

Avec ce questionnaire, nous avons compris qu’autour de l’écologie, il y avait plusieurs consensus assez bien établis. Pour une écrasante majorité de salariés, l’écologie est un sujet important. Idem quand on les questionne sur la légitimité du CSE à empoigner la question : que ce soit par le dialogue avec la direction ou bien même au travers du budget des activités culturelles, il est clairement identifié comme ayant un rôle à jouer. 
 

Mais derrière ces chiffres, il y a toute une palette de sensibilités personnelles, que l’on a pu notamment voir ressortir au travers des entretiens qualitatifs. Le niveau de pratique des éco-gestes peut varier, mais certaines personnes moins engagées peuvent aussi être très ouvertes quand il s’agit de tester des alternatives nouvelles. 
 

On a remarqué cependant que pour certains individus, malgré la conscience des enjeux, le discours ambiant autour de l’environnement est ressenti de manière assez négative, voire pénible. Cela s’accompagne généralement d’une pratique nettement plus faible des éco-gestes. Nous pensons qu’un des points communs à ces personnes est un niveau d’information plus faible, donc une moins bonne compréhension des phénomènes en cours, qui pourrait générer paradoxalement davantage d’anxiété. 
 

Savoir si ces tendances et ces différents profils sont plus ou moins présents dans une entreprise permet de bien prioriser les actions à mettre en place, et d’adapter son discours pour fédérer. 
 

Les jeunes sont-ils vraiment plus sensibles à l'écologie que leurs aînés, comme on le dit souvent ?
 

Oui, on l’observe dans la moyenne en effet, mais ça peut aussi beaucoup varier d’une entreprise à l’autre. Ce qui est récurrent, c’est qu’ils ont tendance à adopter des positions plus tranchées sur le sujet par rapport à leurs aînés, que ce soit en pour ou en contre. 


Dans les chiffres, la différence entre les hommes et les femmes est souvent assez frappante. En moyenne, les femmes sont beaucoup moins nombreuses que leurs collègues masculins à exprimer un ressenti clairement négatif sur l’écologie et à aborder ce sujet de façon polémique. 

Pas encore de commentaires