Participatif
ACCÈS PUBLIC
22 / 07 / 2021 | 296 vues
Dominique Delpouy / Abonné
Articles : 43
Inscrit(e) le 16 / 01 / 2009

Télétravail à la Banque de France : si l’accord prévoit jusqu’à trois jours de télétravail régulier, bien peu pourront réaliser ce souhait

Après de longs mois de télétravail imposé en raison de la pandémie, le retour à la normale se profile enfin. Ce sera l’occasion de mettre les nouvelles conventions de télétravail en œuvre, suite aux négociations du second semestre 2020. La mise en musique de ces nouvelles conventions suscite de nombreux débats et interrogations. Même si l’accord prévoit jusqu’à trois jours de télétravail régulier (TR), il semble que bien peu pourront réaliser ce souhait. Pourtant, cela fait maintenant un an et demi que les collectifs de travail s’organisent avec un retour sur site de deux jours. Difficile à comprendre…
 

Équité et attractivité 
 

Alors que la banque préconise jusqu’à trois jours de télétravail pour les postes éligibles, nos collègues chargés des relations avec le public (CRP) pourront-ils en bénéficier ? Les effectifs trop restreints dans les unités tels que les SPP seront des freins à l’accès au télétravail. Sous couvert de contraintes de services, qui n’existent que parce que les effectifs sont trop justes, beaucoup ne pourront poser au mieux qu’un jour de télétravail régulier et deux jours de télétravail occasionnel (TO).


À terme, une telle situation risque de rendre le poste de CRP beaucoup moins attractif qu’un poste en « back office ». Pourtant, ce poste ne manque pas d’intérêt. L’accueil physique du public est une nécessité pour maintenir le lien avec les gens les plus fragiles dans toutes les implantations existantes.

 

Traitement différencié


Dans les services sans contact physique avec le public, l’accès au télétravail régulier deux à trois jours par semaine en fonction du régime de travail est envisagé. Toutefois, des premiers retours, il semblerait que certaines directions ne souhaiteraient pas accorder trois jours de télétravail régulier mais plutôt deux jours de travail régulier et un jour de télétravail occasionnel. S’agit-il d’une bonne pratique ? Laissons libre choix à nos collègues quand cela est possible ! L’appétence au télétravail varie d’un agent à un autre, certains préféreront trois jours quand d’autres se limiteront à une journée de télétravail régulier.


La cohésion d’équipe trouvera plutôt sa force lors de moments conviviaux, réguliers et originaux. Les avantages du télétravail ne sont plus à démontrer : gain de temps pour ceux qui habitent loin de leur lieu de travail et hausse de la productivité. Dans le monde d’après, suite à ce que nous venons de vivre, faisons un peu confiance et ne créons pas de tensions inutiles.


Dans de nombreux services, des réunions ont été organisées pour faire correspondre les souhaits des agents avec les contraintes de service.

Pas encore de commentaires