Participatif
ACCÈS PUBLIC
05 / 04 / 2022 | 159 vues
Veronique Michaut / Membre
Articles : 14
Inscrit(e) le 18 / 09 / 2013

Requiescat in pace : toutes les organisations syndicales se réunissent pour les obsèques du dialogue social à Thales

Après huit semaines de lutte continue dans tout le groupe Thales sur la politique salariale 2022, l’ensemble des salariés mobilisés sous l’impulsion des organisations syndicales ne peut que constater le refus de la direction de continuer de faire vivre le dialogue social et, au-delà, d’apaiser la crise sociale actuelle.
 

La question est posée : ce groupe industriel, leader de l’aéronautique, de la défense, du spatial et de la sécurité dans bien des secteurs clefs français, ne devrait-il pas se focaliser sur ses enjeux stratégiques, au vu des excellents résultats du groupe en 2021 et des défis pour répondre aux difficultés d’approvisionnement contre un carnet de commandes débordant ?
 

Les organisations syndicales représentatives ont même poussé la démarche jusqu’à faire le travail de la direction des ressources humaines en lui proposant un protocole de sortie de crise pour trouver une issue. Nouveau coup d’épée dans l’eau : une fois de plus, la direction du groupe n’a pas été en mesure de proposer la moindre clef de sortie de crise et a fait preuve d’un mutisme historique, via son nouveau DRH, se contentant de jouer la montre et d’attaquer les représentants du personnel en justice, sans oublier les mises au pas les plus mesquines.
 

En compagnie des salariés, les organisations syndicales ont préparé la cérémonie d’inhumation du dialogue social à Thales, assassiné par la direction du groupe, et se préparent à en porter le deuil. Bien triste cérémonie dont vous trouverez le faire-part ci-après :
 

« L’ensemble des organisations syndicales représentatives et l’ensemble des salariés du groupe Thales en France ont la profonde douleur de vous faire part du décès du dialogue social dans le groupe Thales.

Survenu après une lente dégradation depuis 2017 et malgré quelques espoirs ponctuels de renouveau, son état s’était brusquement dégradé dans le cadre de la politique salariale 2021, avec la mise en place d’une sélectivité privant 60 % des salariés d’une augmentation individuelle et l’amputation de six mois de politique salariale (non-rétroactivité).

C’est finalement la position de la direction sur la politique salariale 2022 qui aura eu raison de notre dialogue social pourtant traditionnel depuis plusieurs décennies au sein du groupe Thales.

Le dialogue social chez Thales avait pourtant permis entre autres la mise en place d’accords sur : 

  • le temps de travail,
  • l’égalité homme-femme,
  • le handicap,
  • le télétravail,
  • et le droit syndical.

La cérémonie d’inhumation aura lieu le 5 avril  à 14h00 sur le site de Thales Élancourt, en France. Elle sera précédée d’un cortège.

Un registre de signatures tiendra lieu de condoléances ».
 

En ces temps de contexte international dramatique, nous pourrions penser que cette crise sociale au sein du groupe Thales est bien loin des préoccupations. Mais ce combat mené avant tout par une grande majorité des salariés du groupe en France est celui d’une juste reconnaissance de la valeur ajoutée en entreprise et d’un meilleur partage des richesses générées par les salariés eux-mêmes.

Pas encore de commentaires