Participatif
ACCÈS PUBLIC
10 / 04 / 2020 | 212 vues
Cfe-Cgc Métallurgie / Membre
Articles : 72
Inscrit(e) le 06 / 01 / 2010

PSA : accord solidaire des sites tertiaires envers les sites industriels

Premier syndicat de l’encadrement chez PSA, la CFE-CGC signe un accord temporaire pour protéger les salariés et leur entreprise pendant la pandémie, permettant ainsi de préserver leurs forces pour des jours meilleurs.
 

Les négociations ont été engagées vendredi 3 avril 2020 à 14h00.
 

Des salariés du groupe ont été maintenus en poste depuis le début de la pandémie. En télétravail pour des projets stratégiques de l’entreprise et en présence physique, essentiellement pour les services à l’entretien des véhicules nécessaires à la vie de la Nation. Dans un premier temps, la CFE-CGC s'est concentrée sur l’étude de protocoles renforcés destinés à leur protection. La validation de ces protocoles est une condition préalable à une reprise d’activités. Elle ne pourra s’envisager que si la crise covid-19 se trouve en phase de décroissance avérée et dépendra aussi des demandes clients.
 

Un fonds de solidarité sera créé et il permettra le maintien intégral des salaires pour tous, via le versement de deux jours de congés pour les cadres et d’un jour pour les autres catégories et d’un abondement de l’entreprise.
 

Pour la CFE-CGC, il s’agit d’un geste fort de solidarité des cadres de l’entreprise. En effet, les cadres en forfait-jours de la métallurgie bénéficient d’une disposition d’un accord de branche du 28 juillet 1998 qui leur assure le maintien intégral de leur salaire en cas de chômage partiel.
 

Il s’agit aussi d’un geste de solidarité des sites tertiaires envers les sites industriels, plus frappés que les premiers par l’activité partielle. Ce geste fort devra trouver une suite cohérente dans l’attitude de l’ensemble des autres parties prenantes de l’entreprise.
 

La dernière partie de l’accord conclu ce jour concerne des aménagements mieux-disant à l’ordonnance du 25 mars 2020 concernant les congés payés 2020. Frappés de l’incertitude liée au redémarrage de l’activité du groupe, les congés feront l’objet d’arbitrage site par site, avec une période estivale garantie de quinze jours de congés pour l’ensemble des salariés.
 

Valable jusqu’au 31 octobre 2020, cet accord prévoit des points hebdomadaires entre représentants des salariés et la direction, afin de partager sur l’évolution de la situation de l’entreprise.
 

La CFE-CGC restera concentrée sur l’application de cet accord, notamment sur sa compréhension par tous dans son déploiement sur les sites du groupe.

Pas encore de commentaires