Participatif
ACCÈS PUBLIC
09 / 12 / 2022 | 66 vues
Laurent Grandguillaume / Membre
Articles : 36
Inscrit(e) le 21 / 10 / 2019

Pour TZCLD, la privation d’emploi est une injustice sociale et non pas un choix

La nouvelle édition de la Grève du chômage, le 8 novembre dernier, a connu un franc succès dans les territoires et a été très valorisée par la presse régionale. Nous nous félicitons  pour cette belle mobilisation, qui donne du sens à la notion de « privation d’emploi ». Bien loin des caricatures sur les personnes et de la force des préjugés, la privation d’emploi est une injustice sociale et non pas un choix. C’est un combat de tous les jours !

 

La période qui s’ouvre est formidable pour le projet.
 

Nous allons dépasser les 40 territoires d’expérimentation, ce qui démontre notre capacité à passer à l’échelle tout en garantissant le respect de nos fondamentaux.


Nous avons lancé un Observatoire de TZCLD (*)  avec un appel à manifestation d’intérêt, pour lequel nous avons déjà reçu plus de 20 réponses de laboratoires et de collectifs de chercheur·ses !


Nous multiplions les cycles de formation pour les acteurs des territoires et pour les équipes de direction des entreprises à but d’emploi.


Nous amplifions les échanges là où il est encore nécessaire de convaincre, dans certains départements.


Nous continuons d’approfondir nos liens internationaux et participerons prochainement à un témoignage de notre expérience, dans le cadre d’un projet de résolution à l’ONU sur la garantie d’emploi.


Nous multiplions les échanges avec les partenaires sociaux et avec les acteurs de l’insertion. Finalement, nous ouvrons grandes les portes et
les fenêtres, car nous n’avons vocation ni à la procrastination, ni à l’enfermement idéologique. Territoires zéro chômeur de longue durée est un projet ouvert, où nous allons continuer d’accueillir encore plus nombreux les partenaires, les acteurs des territoires et les personnes.


Nous allons par ailleurs lancer plusieurs chantiers dans les prochaines semaines et prochains mois :
 

  • un projet de charte des fondamentaux qui va ancrer nos valeurs et nos idéaux pour le présent comme pour le futur,
  • la définition d’une méthodologie de travail qui associera le plus grand nombre à la définition de ce que sera la troisième étape pour réaliser le droit à l’emploi,
  • et enfin la réunion du comité de soutien parlementaire car comme vous le savez on ne gagne que les combats que l’on mène et nous comptons pas faiblir sur « l’amendement soupape » pour qu’il puisse être adopté dans un futur texte qui sera présenté au Parlement ! 

 

(*) Pour en savoir plus ur TZCLD: https://www.tzcld.fr/decouvrir-le-projet/lassociation/

Afficher les commentaires

Aucun territoire ultra-marin n’avait été retenu dans la première phase de l’expérimentation sur les dix premiers territoires choisis. Le Conseil Économique Social et Environnemental (CESE) avait pourtant fixé, dans son rapport de 2015, parmi les conditions de réussite de l’expérimentation, la prise en compte des territoires ultra-marins dans les premiers territoires. Cette situation était notamment due aux inégalités de moyens d’ingénierie territoriale pour préparer le projet. Il a fallu attendre cinq ans pour que cette injustice soit réparée.

En effet, dans le cadre d’un cahier des charges spécifique aux territoires ultra-marins et à la Corse, prévu par la loi, deux territoires ultra-marins ont rejoint l’expérimentation en cette fin d’année. Il s’agit de Rivière-Pilote en Martinique et Le Port à la Réunion. Rappelons que ce cahier des charges vise à prendre en compte les caractéristiques de ces territoires, ils bénéficieront ainsi de moyens spécifiques pour développer le projet. 

Cela démontre que les processus d’habilitation doivent être adaptés aux situations pour que les spécificités soient bien prises en compte. Cela a été possible grâce au dialogue avec les parlementaires, avec le Fonds d’expérimentation, avec les collectivités territoriales et les services de l’Etat.

Ce sont désormais 43 territoires qui expérimentent dans toute la France sans compter les 126 territoires qui se préparent à déposer leur dossier. Nous connaîtrons prochainement la liste des 20 territoires qui vont expérimenter en région Wallonie en Belgique. La montée en puissance plaide pour que la procédure d’habilitation reste simple au-delà de 50 nouveaux territoires. Si nous devons en passer par un décret en Conseil d’Etat, et non plus par un arrêté du ministre du travail, nous serons le premier exemple en France d’une expérimentation territoriale qui fait face à cette innovation procédurale. Nous devrons dans ce cas innover, tout comme le Conseil d’Etat qui n’a jamais eu à traiter ce type de cas !