Participatif
ACCÈS PUBLIC
28 / 07 / 2020 | 324 vues
Jacky Lesueur / Abonné
Articles : 1603
Inscrit(e) le 04 / 03 / 2008

Le statut d’entrepreneur-salarié-associé fait ses preuves

Les coopératives d’activité et d’emploi (CAE) accueillent des gens souhaitant développer et/ou tester leur activité dans un cadre collectif et coopératif. Encore trop méconnues du grand public, les CAE sont longtemps restées sous un statut d’expérimentation. Il a ainsi fallu attendre la loi sur l'économie sociale et solidaire (ESS)  de 2014 pour que le statut des coopératives et d’« entrepreneurs-salariés-associé » soit clarifié. Myriam Faivre , PDG de la CAE CLARA a bien voulu répondre à nos questions et apporter un éclairage intéressant sur ce sujet.
 

Dans un secteur frappé durablement par la crise sanitaire, quelle est votre approche ?

 
Avant, pendant et après la crise économique que nous vivons, le modèle de l’entrepreneuriat collectif et le statut d’entrepreneur-salarié fait ses preuves et montre toute ses performances pour consolider une économie fragilisée tout en sécurisant les gens.
 

Les orientations évoquées pour penser la relance et repenser la société et notre avenir professionnel et économique sont déjà appliquées dans le modèle des coopératives d’entrepreneurs (CAE). Une spécificité sur le secteur professionnel de la culture et de la création a permis à la CAE CLARA et à CLARABIS d’être l’expert de l’accompagnement du développement des entrepreneurs culturels individuels. Depuis quatroze ans, nous proposons un modèle économique et un mode de conseils et de formations pour les entrepreneurs et le secteur culturel basé sur la consolidation économique des activités entrepreneuriale. Notre expertise et notre démarche de consultant nous permettent de faire une situation entrepreneuriale à valoriser de chaque projet créatif. Notre collectif, nos pratiques et nos outils mutualisés sont des atouts pour partager des expériences et faire des économies d'échelles dans la création d'entreprise et notre démarche d'intérêt général nous permet d'accueillir tout les gens souhaitant se tester en tant qu'entrepreneurs en leur permettant de devenir salariés de leur propre activité avec le statut « d'entrepreneur-salarié-associé ».

Pour la relance, ce n’est pas tout. Toutes les orientations évoquées ces derniers temps pour repenser la société et notre avenir professionnel et économique sont dans la CAE CLARA. Nous proposons alors aussi d’accompagner tous les entrepreneurs culturels individuels afin de les soutenir dans la relance de leurs activités avec la rencontre d’un réseau dynamique et de pratique de co-développement et des experts spécialistes de l’entreprise innovante dans ses pratiques, dans son organisation et dans son innovation structurelle pour penser en termes de pérennité et d'adaptabilité.  L'avenir s'organise et nous en avons déjà l'expérience.
 

En fait, c'est une démarche qui s'inscrit résolument dans le collectif...


Effectivement, aujourd'hui 130 entrepreneurs font partie de ce collectif de professionnels qui accompagne, consolide et structure un statut et des démarches professionnelles innovantes et solidaires.

Principaux objectifs :

- se donner les moyens ensemble de se concentrer sur l'essentiel de son activité ;

- profiter de tous les intérêts de la mutualisation des moyens ;

- ne pas être seul pour penser et organiser son entrepreneuriat ou prendre des décisions en bénéficiant d’un consultant individuel en plus d’un avoir un statut protecteur.

Tout cela autant pour les entrepreneurs expérimentés que pour les primo-entrepreneurs.

 

Quels sont essentiellement les profils des entrepreneurs de ce collectif et les prestations offertes ?

La coopérative CLARA propose un parcours d’accompagnement au développement de son ou ses activités entrepreneuriales en valorisant aussi l’artistique, le créatif et le culturel autant que la multi-activité d’horizons divers et complémentaires. Grâce a des étapes, des formations, des rencontres, des échanges et des mises en pratiques concrètes des réalités du développement, les outils mutualisés pour gérer son activité sont facilités et la gestion collective est individualisée par marque et/ou personne. Le suivi comptable est facilité et mensualisé autant que les rencontres professionnelles avec des experts sont planifiées pour répondre aux besoins collectifs assurantiels, commerciaux, juridiques, etc. Ainsi, chacun ayant bénéficié de tout ceci partage aussi ses compétences et la promotion des prestations de services et biens avec le reste de la communauté et leurs réseaux. Neuf pôles d’activités sont actuellement identifiés dans la CAE.
 

En résumé, quelles sont les principales activités mises à disposition ?
 

1. Promouvoir les prestations et services de nos entrepreneurs auprès de tous.

2. Accompagner et faciliter le développement entrepreneurial des membres du collectifs par les moyens mutualisés du conseil, des outils comptables, de la mise en relations et de la participation à un collectif.

3. Proposer du conseil et de l'expertise à tous les entrepreneurs culturels indépendant dans le cadre des audits et des formations que nous dispensons : audit et conseils individuels à la structuration/re-structuration stratégique dans le cadre de notre programme « saut stratégique 2020 » (programme de RDV sur un ou deux mois - nous contacter).

4. Informer, présenter et accueillir toute personne souhaitent s'informer sur le statut « d'entrepreneur-salarié-associé » lors de réunion d'informations collectives (2 fois par mois - voir dates sur notre site) ».

 

Qu’avez-vous pu apporter aux « entrepreneurs-salariés » de la CAE durant la période de confinement et de post-confinement ?
 

Salariés de droits commun nos « entrepreneurs-salariés » qui ont constaté une perte flagrante de leur activité et chiffre d’affaires ont pu éviter un arrêt brutal de leur(s) activité(s) grâce un soutien et un suivi personnalisé de leur baisse d’activité et ont pu bénéficier du chômage partiel pour le maintien de leur activité et salaire si ils n’avaient pas la possibilité de faire du télétravail, à la hauteur de cette perte.


Le réseau a permis à chacun de largement communiquer et de se motiver durant des rencontres régulières à distance ret du temps professionnel pour couper le confinement d’idées en traitant ensemble la question du contact avec les clients, de la relance et/ou des nouveaux besoins des clients.
 

La situation de salariat permettant aux entrepreneurs de bénéficier d’une mutuelle, ceux-ci ont pu être couverts et le courtier DACCESS (Courtier parisien en SCIC depuis janvier 2020) a tout mis en place pour communiquer sur les possibilités et le soutien proposé par les assureurs. Une solidarité économique a été instaurée et la valorisation des initiatives numériques et distanciées de nos entrepreneurs a été largement communiquée. Nous ressortons encore plus soudés et convaincus que notre statut est adapté à l’agilité et à la sécurité dont nous avons besoin pour l’économie de demain mais aussi avec 28 % de perte de chiffre d’affaires, nous avons collectivement réussi à n’avoir que 6 % d’arrêt d’activité totale, contre 50 % d’entrepreneurs individuels de moins de trois ans dans les statuts classiques identifiés par une étude de l’ADIE en mai 2020.

Pas encore de commentaires