Participatif
ACCÈS PUBLIC
24 / 10 / 2023 | 212 vues
Jacky Lesueur / Abonné
Articles : 1807
Inscrit(e) le 04 / 03 / 2008

« Le congé proche aidant n’est pas totalement adapté aux besoins des salariés-aidants, qui préfèrent bien souvent demander des arrêts maladie » - Pierre Denis, Mutuelle Générale

Le 3 octobre dernier, quelques jours avant la journée nationale des aidants, s’est tenu le 4e colloque de l’Observatoire solidaire des salariés-aidants* créé par La Mutuelle Générale. Cet événement, qui a rassemblé près de 150 participants au siège du groupe Les Echos - Le Parisien autour de cet enjeu de société national, a été l’occasion de riches débats entre experts (économistes, DRH, décideurs…) et de témoignages éloquents de salariés-aidants.

 

Rencontre avec Pierre Denis, responsable du pôle Engagement sociétal de La Mutuelle Générale. 

 

Quels sont les principaux enseignements des travaux menés par l’Observatoire en 2023 ? 
 

A travers les résultats de notre baromètre**, on s’aperçoit que seule une entreprise sur dix est réellement passée à l’action et a mis en place des solutions pour les aidants. On constate également que lorsque les entreprises s’emparent du sujet -en suivant notamment les recommandations de l’Observatoire solidaire de La Mutuelle Générale-, une dynamique vertueuse s’installe, les collaborateurs devenant eux-mêmes acteurs au sein de leur entreprise. Il reste encore un long chemin à parcourir, c’est pourquoi nous nous efforçons de traiter le sujet de façon responsable et avec beaucoup de pragmatisme.


Cette année les travaux sur la valorisation des compétences transverses développées par les aidants ont donné naissance à un groupe de travail constitué de DRH issus d’entreprises de secteurs très différents (le groupe La Poste, Schneider Electric, l’URSSAF, KPMG…). Ensemble, nous avons élaboré un auto-questionnaire à destination des salariés-aidants pour qu’ils se rendent compte de la valeur dégagée par leur propre expérience d’aidant et pour créer une dynamique RH positive autour de l’aidance. Ce questionnaire va être expérimenté par les membres du groupe de travail dans leurs propres entreprises et nous pourront faire dans quelques mois un premier retour d’expérience.
 

Afin de faciliter la conciliation entre vie d’aidant et vie professionnelle, nous avons aussi travaillé sur un guide très pratique sur les médecines complémentaires et adaptées, corédigé par l’A-MCA (Agence des Médecines Complémentaires Adaptées) et l’association Passerelle Assist’Aidant, à destination des salariés-aidants de toute entreprise. Ce guide leur permettra de mieux connaître ces médecines qui apportent un confort de vie au quotidien et de faire un choix éclairé en la matière. Nous y avons répertorié les médecines reconnues dont l’exercice nécessite une formation réglementaire et diplômante. Le but est bien de donner des repères dans l’utilisation de ces médecines qui ne viennent en aucun cas se substituer à la médecine générale
 

Comme vous pouvez le constater, l’Observatoire solidaire oriente ces travaux de façon très concrète pour s’inscrire dans la vraie vie des salariés-aidants, et pour les partager avec toutes les entreprises volontaires.

 

A La Mutuelle Générale, qu’avez-vous mis en place en faveur des salariés-aidants et qui a porté ses fruits ?
 

Tout d’abord nous avons rédigé un guide pratique à destination des salariés-aidants, afin de leur donner des repères et des informations sur leurs droits et sur ce que La Mutuelle Générale a mis en place pour eux. La DRH a par exemple élaboré un dispositif élargi de don de jours de RTT et met à disposition des chèques CESU RH pour permettre aux salariés-aidants de bénéficier de services avec une réduction de coûts. Flex, notre start-up de services, donne la possibilité aux collaborateurs d’appeler une plateforme téléphonique pour poser des questions et bénéficier de conseils adaptés à leur situation d’aidants. Nous avons également mis en place un groupe de salariés-aidants, que j’anime. Il permet à chacun de partager son expérience et de contribuer à s’aider les uns les autres.

 

Que manque-t-il selon vous pour que les entreprises passent véritablement à l’action ?
 

Nous constatons que le congé proche aidant mis en place par les pouvoirs publics n’est pas totalement adapté aux besoins des salariés-aidants, qui préfèrent bien souvent demander des arrêts maladie. Pourquoi ne pas le faire évoluer en prenant en compte des retours d’expériences de salariés-aidants et en adaptant son cadre de mise en place au sein des entreprises ?
 

Par ailleurs, tant qu’il n’y aura pas un modèle économique avec un financement des solutions à mettre en place par les entreprises (exonérations de charges, fonds de haut degré de solidarité, accords de branches et fonds mutualisé, solutions d’épargnes collectives dédiées), il reste difficile de développer un « tiers aidant ». Ce dispositif, recommandé par le Conseil d’orientation de l’Observatoire solidaire, constitue l’ensemble des solutions à mettre en place, qu’elles soient internes ou externes à l’entreprise, comme par exemple la mise à disposition d’un coordinateur afin d’accompagner le maintien dans l’emploi des collaborateurs.

 

La Mutuelle Générale est également engagée, via sa fondation d’entreprise, en faveur du bien-vieillir. Quel rôle jouent les salariés-aidants dans cet enjeu économique et social national ?
 

La Fondation d’entreprise finance effectivement des projets liés au bien-vieillir avec deux axes qui sont l’amélioration de la qualité de vie et du bien-être et la solidarité intergénérationnelle. Les 6 millions de salariés, qui accompagnent aujourd’hui un proche handicapé, gravement malade ou vieillissant, et donnent en moyenne 4 heures par jour de leur temps à cette personne, représentent une contribution générale considérable mais invisible. Non seulement ils contribuent au bien-vieillir de la population mais ils prennent aussi une part prépondérante dans le maintien à domicile et l’équilibre de notre système de santé. Sans eux beaucoup de personnes âgées ne pourraient vivre normalement ou bénéficier d’une assistance tant psychologique que technique.

 

 

* L’objet de cet observatoire est d’écouter l’ensemble des acteurs impliqués dans cet enjeu de société, d’émettre des recommandations pour faire avancer la cause et d’expérimenter des solutions concrètes pour aider les entreprises à passer à l’action.

**Baromètre d’opinion des Français actifs sur les aidants familiaux exerçant une activité professionnelle - Occurrence pour La Mutuelle Générale - Juillet 2023

Pas encore de commentaires