Participatif
ACCÈS PUBLIC
06 / 06 / 2022 | 267 vues
Jacky Lesueur / Abonné
Articles : 1584
Inscrit(e) le 04 / 03 / 2008

La tension monte dans la haute fonction publique : les élèves de l'ENA appellent à la grève

La réforme de la haute Fonction Publique initiée ces derniers mois avait été accueillie avec septiscisme et plutôt "froidement" par les hauts fonctionnaires en place qui voyaient d'un mauvais oeil tant la suppression la suppression de la plupart des grands corps de l'Etat...De quoi nourrir de vives interrogations et inquiétudes.

 

Après la mobilisation sans précédent des diplomates la semaine dernière, dans un secteur peu porté à la contestation, la fronde touche également les élèves de la dernière promotion de l'ENA  (qui terminent leur scolarité désormais au sein de l'Institut national du service public- INSP) et qui appellent à la grève le 9 juin prochain.

 

Ainsi, à  la demande des élèves de la promotion Germaine Tillion de l’institut national du service public (INSP), anciennement école nationale d’administration, l'UFSE-CGT (Union fédérale des services de l'Etat) annonce dans un communiqué en date du 3 juin, avoir déposé un préavis de grève reconductible à compter du 9 juin 2022.

 

La CGT rappelle que depuis des années , elle dénonce les réformes successives dont les élèves des écoles formation de fonctionnaires sont l’objet : baisse des effectifs, réduction des moyens, au nom d’une prétendue plus grande efficacité dont on ne perçoit pas les résultats ni en termes de qualité des formations ni en matière de diversité sociale.

 


Pour l'organisation syndicale, l’ENA en est l’exemple le plus frappant. Tout en subissant en 10 ans une réduction de 20 % de ses effectifs, de 25 % de ses moyens et de 25 % de la durée de la scolarité, l’ENA a modifié successivement les concours d’entrée, le déroulement de la scolarité et la procédure de sortie et d’affectation des élèves .

 

Or, à peine ces réformes se mettaient elles  en place que le président de la République décidait brutalement de supprimer cette école en mars 2021 pour la transformer en INSP, bouleversant une fois de plus son organisation et son fonctionnement, dans un contexte d’impréparation totale et de désignation de l’ENA comme étant le bouc-émissaire de l’inertie des pouvoirs publics.


Résultats :
 

  • Les élèves de l’INSP se retrouvent souvent livrés à eux-mêmes durant leur scolarité, en particulier en stage, sans encadrement suffisant, ce qui génère de la souffrance au travail et plusieurs arrêts-maladie ;
  • Les épreuves de classement de sortie sont menées dans l’improvisation, sans concertation avec les élèves et dans un climat d’insécurité juridique ;
  • Plus grave encore, les postes dans l’administration offerts aux élèves à la sortie de l’institut sont dévalorisés, en particulier dans les services régionaux de l’Etat, alors que, dans le même temps, le gouvernement réserve une partie des postes d’encadrement à des agents contractuels qui sont ainsi recrutés sans concours.


Dans ces conditions, le syndicat  soutient pleinement la mobilisation des élèves de l’INSP contre de telles dérives. Les élèves dénoncent une scolarité " de transition" pour le moins chaotique , marquée par une impréparation manifeste engendrant un mal-être croissant.


Mais ils réagissent aussi et surtout à la liste des postes proposés à leur sortie, tant sur leur localisation géographique que sur la sérieuse mise en cause du nombre et de la nature des postes considérés comme "prestigieux" : Cour des comptes, Inspection générale des finances ou Conseil d'Etat étant désormais plus restreints...

Afficher les commentaires

Suite à  la grève des élèves de la dernière promotion de l’École nationale d’administration le 9 juin dernier , le gouvernement Borne a finalement décidé d' ouvrir 10 postes supplémentaires en sortie d’école.

Une réponse qui devrait donc  permettre de leur offrir plus de choix.

Un arrêté  a été publié au Journal officiel du mardi 12 juillet.

 

(*) Arrêté du 11 juillet 2022 modifiant l'arrêté du 13 avril 2022 portant répartition des emplois offerts aux élèves de l'Institut national du service public achevant leur scolarité en octobre 2022 - Légifrance (legifrance.gouv.fr)