Participatif
ACCÈS PUBLIC
25 / 10 / 2021 | 48 vues
Gérald Gautier / Membre
Articles : 2
Inscrit(e) le 01 / 10 / 2021

Import-export : future branche de la pauvreté

Le 7 octobre 2021, la commission paritaire permanente de négociation et d'interprétation (CPPNI) de la branche de l’Import-Export (IDCC 043) s'est tenue. À la demande de notre syndicat, la reprise des négociations annuelles obligatoires (NAO) de branche avait mise à l'ordre du jour, suite notamment aux déclarations de Laurence Fauque, déléguée générale de la Fédération des entreprises internationales de la mécanique et de l'électronique (*).



En effet, lors d'une interview, cette dernière n’a pas manqué de se féliciter de l’excellente reprise des entreprises, soulignant une augmentation prévisible de croissance de « 21 % » par rapport à 2019 (source : BFM TV, 21 juillet 2021). Suite à cette annonce en grande pompe, notre organisation syndicale avait exigé de rouvrir des négociations pour lesquelles aucune proposition n’avait été faite en 2021 (pour rappel, aucun accord relatif à une revalorisation des minima n’a été signé) afin de partager cette augmentation de chiffre d’affaires avec les salariés de la branche.



Une séance houleuse de négociations s’est alors engagée, avec un déni manifeste des propos rapportés lors de l’interview précitée. Pire encore, Virginie Arnoult (secrétaire générale déléguée aux affaires sociales de la FICIME) et Jena-Philippe Prugnaud (président du Syndicat des négociants et commissionnaires à l'international - SNCI) ont conjointement pris la parole de manière extrêmement violente, sortant manifestement de leur calme et de leur réserve qui devraient pourtant être de rigueur en matière de respect du paritarisme...



Notre syndicat n’a pas manqué de rappeler à Jean-Philippe Prugnaud que l’interview de Laurence Fauque valait pour l’ensemble de la branche, compte tenu de l’audience de représentativité de la FICIME (64,71 %, soit 6 534 salariés). Ce dernier a alors rétorqué qu’il représentait grandement la branche, soit en réalité 699 salariés représentés sur 40 000 salariés au total ! Un comportement inacceptable laissant libre court à l’ego surdimensionné de cette fédération. Une véritable honte !

 

Pour mémoire : résultats définitifs de la représentativité patronale par branche professionnelle

Source : Ministère du Travail et de l’Emploi - mesure de l’audience pour la représentativité patronale 2017

Org.patr.       Nombre d'entreprises     nombre de salariés  audience entreprises  audience salariés 

   CGI                   110                           1 887                            48,89 %                 18,69 %

   FICIME                46                           6 534                            20,44 %                 64,71 %

   OSCI                    25                            280                             11,11 %                   2,77 %

   SNCI                    24                             699                             10,67 %                   6,92 %

   UFCC                   20                             698                               8,89 %                   6,91 %



Lors de cette séance, la partie patronale a finalement proposé une augmentation de +1,5 % dans un premier temps, puis « réévaluée » à +1,8 % (correspondant à +0,9 % par année là où, dans les dernières prévisions, il faudrait être au moins à +1,5 % par année, soit +3 % sur 2021-2022 pour compenser l'inflation a minima) pour l’année 2021-2022 alors que les prévisions d’inflation pour l’année 2021 s’établissent à +1,8 %.



Notre syndicat a également souligné que, depuis le 1er octobre 2021, le premier niveau de la grille de minima de la branche n’était supérieur au SMIC que de 18 euros (il est fortement probable que la grille de la branche se retrouve sous le niveau du SMIC au 1er janvier 2022) et que, dans cette branche, il n’y avait pas de prime de 13e mois et que la prime d’ancienneté s’arrêtait au niveau C14, excluant de fait les cadres qui composent majoritairement la branche...


L’ensemble des organisations syndicales a refusé cette proposition scandaleuse et lamentable pour laquelle l’ensemble des salariés reste exclu du partage des richesses et dans un contexte sanitaire complexe de surcroît.

 

(*) http://www.ficime.com/syndicats/.

(**) https://snci-fr.com/nos-adherents/.

Pas encore de commentaires