Participatif
ACCÈS PUBLIC
20 / 04 / 2020 | 347 vues
albert papadacci / Membre
Articles : 14
Inscrit(e) le 30 / 08 / 2019

Dépistage : les salariés de Korian payent leur protection

Le groupe Korian instaure une campagne de dépistage de ses salariés, conformément aux instructions et annonces gouvernementales pour les EHPAD. Mais il impose à tous ses salariés de régler la facture du dépistage à travers leur carte Vitale et leur mutuelle, donc au frais de la princesse et de la Sécurité sociale. Le traitement et la pilule sont durs à avaler mais jusqu’où la marchandisation de la santé va-t-elle aller ?
 

Que dit la loi ?
 

L’employeur doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et la santé physique des salariés, en fonction de la situation et des instructions émanant des pouvoirs publics. Ces mesures comprennent des actions de prévention et l’employeur doit veiller à l’adaptation de ses mesures en fonction des changements de circonstances et tendre à améliorer la situation existante.
 

Le dépistage est une anticipation des risques liés à l’épidémie de covid-19 donc une prévention primaire au niveau collectif qui consiste à anticiper les problèmes.
 

Selon l’article L3111-4 du code de la santé publique : « Toute personne qui travaille dans le secteur de la prévention, ou en milieu de soins, qui l’expose à des risques de contamination doit être immunisée contre l’hépatite B, la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite ».
 

Les dépenses entraînées par les vaccinations obligatoires sont prises en charges par les employeurs (article L3111-4 du code de santé publique). Concernant les vaccinations recommandées, la réglementation spécifie que la vaccination est à la charge de l'employeur (article R4426-6 du code du travail), comme la grippe par exemple.


« Dans le contexte d’urgence sanitaire, celle-ci a pour vocation de protéger la santé des collaborateurs et des résidents en permettant l’adaptation des mesures de protection et d’organisation du travail et ainsi d’assurer la continuité de l’exercice de sa mission d’intérêt général ».
 

Une ordonnance médicale nominative délivrée par un médecin :
 

  • médecin coordonnateur (MEDEC), médecin vacataire ou salarié dans l’établissement,
  • ou médecin du travail de l’établissement.
     

Les prélèvements ont lieu sur le temps de travail et ce dépistage présente un caractère obligatoire.

Pas encore de commentaires