Ofi AM investissement responsable

 

Participatif
ACCÈS PUBLIC
15 / 03 / 2019 | 99 vues
Jean Christophe Tirat / Membre
Articles : 1
Inscrit(e) le 12 / 03 / 2019

Casinos: 60 000 emplois en danger dans les territoires

Notre organisation syndicale a saisi les Députés et Sénateurs sur l’article 51 du projet de loi PACTE en raison des risques qu’il fait courir pour les casinos et leurs salariés.


En effet, l’ordonnance prévue à l’article 51 du projet de loi donne carte blanche à Bercy pour décider seul et sans concertation sur l’activité des jeux en France, exposant à un véritable risque 60 000 emplois directs et indirects dans les territoires.

Obnubilé par la privatisation de la Française des Jeux (1 500 salariés), le gouvernement semble ignorer que cette décision politique et budgétaire va aussi entraîner le bouleversement des équilibres entre les différentes filières des jeux, dont celle des casinos.

Le périmètre d’activité des casinos doit être garanti sous peine de remise en cause leur survie économique et sociale. Des arguments fallacieux ont été déployés afin de laisser croire que les casinos étaient des lieux de blanchiment, ce qui est totalement faux.

Nos entreprises qui sont les plus réglementées du secteur, ont démontré par un contrôle permanent du ministère de l’Intérieur, mais aussi l’engagement des salariés, leur efficacité et leur transparence en matière de contrôle et de lutte contre les troubles à l’ordre public.

Cet article 51 est, en réalité, une coquille vide dont le seul but est de laisser les mains libres aux services de Bercy sur ce dossier, qui ne cherchent qu’à maximiser le profit tiré de la privatisation tout en protégeant leur pouvoir de décision maximal et exclusif sur la FDJ.

Le débat en cours omet les impacts de cette réforme en matière d’emploi, mais aussi sur l’attractivité culturelle et économique des territoires, dont les casinos sont des acteurs importants là où ils sont implantés.

De plus, le recours aux ordonnances ne fait que conforter le sentiment d’une réforme faite en catimini, car il prive en réalité la représentation nationale de son pouvoir de décision.

Aucun blanc-seing ne saurait être donné dans une République sur des thématiques aussi sensibles. Le débat public doit rester la norme.

Notre courrier vise aussi à rétablir quelques vérités face à la campagne de désinformation orchestrée contre les casinos au cours de ces dernières semaines ; mais aussi à poser le débat sur les risques de certaines offres de la FDJ passés sous silence, notamment le jeu des mineurs et l’addiction.

Il faut que ce scandale cesse.

"Une chose n’est pas juste parce qu’elle est loi ; mais elle doit être loi parce qu’elle est juste." disait Montesquieu!

Les casinos ne doivent pas être sacrifiés sur l’autel d’une privatisation au détriment des territoires. Notre syndicat  demande donc :

  • le retrait immédiat de l’article 51 et la mise en œuvre d’un débat national sur ses conséquences avant d’aller plus loin dans la réforme ;
  • ou la réaffirmation dans l’article 51, du périmètre d’activité des casinos.

La Loi PACTE représente un véritable danger pour les casinos, leurs 15 000 emplois directs et 45 000 emplois indirects.

En parallèle de nos démarches, nous venons de lancer une pétition en ligne.
 

Pas encore de commentaires