Participatif
ACCÈS PUBLIC
17 / 09 / 2021 | 95 vues
Séverine Linon / Membre
Articles : 6
Inscrit(e) le 23 / 11 / 2020

2020 : une année noire pour la production de logements sociaux

Comme chaque année à la même époque, la Direction de l'habitat, de l'urbanisme et des paysages (DHUP) vient de publier le bilan annuel des logements aidés pour l’exercice écoulé. Les chiffres du ministère confirment que 2020 est une année noire en matière de production de logements sociaux dans son ensemble (-17 % par rapport à 2019) mais le caractère exceptionnel de ce millésime ne doit pas occulter qu’il s’inscrit dans une tendance décroissante régulière depuis cinq ans (-29 % par rapport à 2016).


Dans ce contexte de recul marqué de la production, l’UNAFO souhaite que la feuille de route pour développer la production des résidences sociales dévoilée au printemps par le gouvernement connaisse une mise en œuvre rapide et qu’elle se traduise par une relance effective de la construction.

 

La production de résidences sociales encore en recul en 2020
 

Le bilan publié par la DHUP fait état de 5 799 logements agréés en résidences sociales en 2020, en recul de 7,4 % par rapport à 2019. Au sein de cette production, 3 908 logements sont destinés aux jeunes ou aux gens issus du plan de traitement des foyers de travailleurs migrants. La production nouvelle d’une offre « généraliste » est donc de moins de 1 900 logements.

 

Le plan de traitement des FTM en fort ralentissement
 

Pour l’année 2020, le nombre de logements agréés au titre du plan de traitement des foyers de travailleurs migrants (PTFTM) chute à 2 275, soit une baisse de 28 % par rapport à 2019, qui repousse d’autant la perspective de voir le PTFTM (près de 20 000 logements restant à traiter) mené à son terme dans un avenir proche.

 

Les logements pour les jeunes en hausse modeste
 

La production de logements relevant des « dispositifs » pour les jeunes (FJT, résidences pour jeunes actifs…) est en hausse à 1 633 logements (+11 %) et représente 28 % de la production totale de logements en résidences sociales. Cette production reste toutefois en deçà de ce qui est indispensable à l’atteinte de l’objectif présidentiel de 80 000 logements pour étudiants et jeunes actifs sur la mandature, alors que les besoins sont patents.

 

Bien qu'en hausse, la production des pensions de famille reste insuffisante.
 

Avec 1 575 logements agréés en pensions de famille, l’année 2020 marque une hausse de 11,5 % pour ce dispositif. Bien que cette hausse soit régulière, le nombre de logements agréés reste bien en deçà des 2 000 agréments annuels qui auraient été nécessaires pour atteindre l’objectif de 10 000 logements supplémentaires sur le quinquennat. En outre, la part de logements agréés en résidence d'accueil (17 %) reste très en dessous de l’objectif (33 %) alors que les besoins d’accueil pour les gens en souffrance psychique restent importants.

 

Le PLAI adapté en majorité fléché vers l’habitat collectif
 

Destiné à financer des logements au profit des ménages les plus précaires, le PLAI adapté poursuit son développement avec 2 176 logements agréés en 2020, soit une hausse de la production de 80 % par rapport à 2019. Ces agréments portent pour près de 80 % sur des opérations de résidence sociale ou de pensions de famille, malgré la volonté de l’État de rééquilibrer le produit au bénéfice du logement social familial.

 

Un équilibre des opérations toujours plus difficile à atteindre
 

Enfin, les évolutions du plan de financement moyen d’un logement PLAI en dispositif collectif en 2020 ne sont pas favorables : le coût au logement est en légère hausse (+3 %) à près de 82 000 € et la structure du plan de financement se dégrade avec une hausse du recours à l’emprunt qui passe à 65 % (+ 3 points), un recul de la part financée en subvention à 28 % (- 2 points) et une quasi-stabilité de la part financée par fonds propres à 7 %.

 

Dans ce contexte de faiblesse historique de la production de logement social, l’UNAFO formule trois propositions pour relancer la construction de résidences sociales à la hauteur des besoins.

 

1. D'ici 2027, définir des objectifs nationaux de production de 20 000 logements en résidence sociale (hors PTFTM) et de 10 000 logements en pension de famille, tout en concrétisant le plan de 80 000 logements pour les jeunes (foyers de jeunes travailleurs, étudiants et résidences jeunes actifs). Ces objectifs nationaux devront être déclinés en objectifs territorialisés pour garantir un maillage efficace.

 

2. Accélérer le PTFTM pour le terminer par une programmation publique volontariste avec des moyens financiers spécifiques d'ici 2027, à hauteur minimum de 50 millions d’euros par an, en incluant les foyers de travailleurs migrants déjà transformés et ceux nécessitant de travaux lourds.

 

3. Mobiliser l’ensemble des acteurs pour atteindre ces objectifs en lançant, par exemple, des campagnes régulières de communication et de sensibilisation auprès des élus locaux dans l’objectif de souligner la souplesse du logement accompagné pour répondre aux besoins de leurs concitoyens.

Pas encore de commentaires