Participatif
ACCÈS PUBLIC
21 / 04 / 2022 | 75 vues
Jacky Lesueur / Abonné
Articles : 1565
Inscrit(e) le 04 / 03 / 2008

Panorama des tensions salariales autour des négociations annuelles obligatoires dans le secteur de l’assurance

Depuis plusieurs semaines, dans de nombreux secteurs de l'assurance, les négociations salariales suscitent bien des tensions (CNP assurances, Groupe VYV,...) avec une mobilisation  significative des salariés et des initiatives de grève qui ont tendance à se développer.

 

C'est ainsi que début Avril, l'ensemble des organisations syndicales Crédit Agricole Assurances a vivement réagi sur la dégradation du dialogue social et l'attitude de la direction en matière salariale qui renouvelle en 2022, son chantage à la signature. Le tout avec en toile de fond l'annonce d'un nouveau projet d'entreprise contesté. Pour mémoire, lors  des NAO 2021, à défaut d’obtenir l'accord des syndicats, la direction  s'est bornée à appliquer une décision unilatérale en deçà des augmentations prévues par le projet d’accord.

Même scénario lors des NAO 2022 : à défaut d'accord, la décision unilatérale de la direction sera de nouveau moins favorable que les propositions soumises à signature. Belle ambiance, on l'imagine dans un  établissement dont les résultats sont loin d'être négligeables encore cette année. Ainsi, après une journée de grève déjà  lancée fin janvier, la mobilisation est  toujours bien présente et une procédure de droit d’alerte aurait été lancée par le CSE. Le conseil d'administration de Crédit Agricole Assurances a été alerté sur les pratiques managériales de la direction et une détérioration des relations sociales sans précédent.

 

La semaine dernière on apprenait également que l’intersyndicale d’un autre acteur d'importance du monde de l’assurance invitait les salariés à stopper leur travail afin de protester contre la politique salariale du groupe de protection sociale. Ainsi, chez AG2R La Mondiale, toutes les organisations syndicales (CFDT, CGT, CFE-CGC, FO, Unsa, Sud Solidaires) ont, pour la première fois dans l'histoire du groupe, appelé les salariés à se mettre en grève le 14 avril sur tous les sites, et en particulier devant le siège social du groupe à Paris, pour dénoncer la proposition faite lors des NAO par la direction de revaloriser les rémunérations collectives de +1,2%, uniquement pour les salaires inférieurs à 35 000 €.  Pour l’intersyndicale cette proposition – qui exclut plus des trois quarts des salariés du groupe, est très loin de celle formulée par les organisations syndicales, à savoir une augmentation pour tous qui permette de répondre à l’inflation , qui, selon l’Insee a atteint 4,5 % sur un an en mars dernier.


Compte tenu des efforts déployés, notamment pendant la crise sanitaire, les syndicats exigent  que  la direction témoigne enfin de sa reconnaissance envers les salariés....rappelant que le résultat net d’AG2R La Mondiale est en progression de plus de 22%  par rapport à l’exercice précédent avec une marge de solvabilité de 218%....à suivre !

 

Pas encore de commentaires