Participatif
ACCÈS PUBLIC
22 / 02 / 2019 | 5 vues
Laurent Aubursin / Membre
Articles : 154
Inscrit(e) le 02 / 10 / 2008

Rapport sur les arrêts de travail : des propositions mitigées porteuses de risques

Vieillissement de la population active, présentéisme parmi les plus élevés d’Europe et un système d’indemnisation « pas particulièrement généreux » : voici quelques constats du rapport sur les indemnités journalières réalisé à la demande du Premier Ministre et rendu public le 20 février 2018.

Pour notre organisation syndicale, ces constats devraient en principe encourager une meilleure protection des travailleurs. Hélas, le rapport préconise au contraire de mettre en œuvre pour toutes les entreprises un jour de carence obligatoire dont l’aspect punitif est contesté et rejeté par FO et pour lequel toutes les études démontrent la nullité, donc l’inutilité.

Comme le souligne la condédéfaration dans un communiqué de ce jour, d’autres préconisations sont dangereuses : le développement des alternatives à l’arrêt de travail par la mise en œuvre du télétravail, la modulation de la cotisation pour maladie patronale en fonction du taux d’absentéisme de l’entreprise ou encore la forfaitisation du montant des indemnités journalières.

D’une part, elles remettent en cause notre modèle de Sécurité sociale fondé sur la solidarité en individualisant au maximum à la fois la cotisation et les prestations. D’autre part, elles pourraient viser à contraindre à tout prix les travailleurs à reprendre le travail malgré un état de santé dégradé sans mettre en œuvre les garde-fous nécessaires.

Néanmoins, certaines propositions vont plutôt dans le bon sens. Il en est ainsi de l’extension de la loi sur le complément légal de l’employeur à des catégories de travailleurs qui aujourd’hui n’en bénéficient pas et de l’harmonisation de ses conditions d’ouvertures sur celles, plus favorables, de la Sécurité sociale.

Si le rapport préconise une meilleure prise en compte de la réduction progressive des capacités de travail avec l’âge et une intensification des actions d’adaptation au poste, il ne prend pas suffisamment en compte le rôle et l'effet de l’organisation du travail et des récentes réformes sur l’accroissement des arrêts de travail. Certaines études estiment que plus ou moins un tiers des arrêts de travail sont liés à un contexte professionnel.

Il est donc urgent d’agir, notamment en améliorant la prévention et les conditions de travail des travailleurs. La future négociation sur la santé au travail doit être l’occasion de porter ces revendications.

 

Pas encore de commentaires