Ofi AM investissement responsable

 

Participatif
ACCÈS PUBLIC
19 / 12 / 2017 | 6 vues
Marc Weiss / Abonné
Articles : 2
Inscrit(e) le 11 / 12 / 2011

Cyclone Maria : la solidarité s’invite au programme du grand voyage annuel du CCE de la MGEN en Guadeloupe

C’est un voyage de groupe pas comme les autres que le CCE de la MGEN a organisé entre la mi-octobre et la fin octobre avec le double séjour d’une semaine en Guadeloupe dont ont profité 550 personnes. Mi-septembre, le cyclone Maria venait de succéder à Irma en touchant plus particulièrement les îles de la Dominique et de Saint-Barthélémy, la Guadeloupe n’étant pas épargnée pour autant et l’état de « catastrophe naturelle » ayant été d’ailleurs déclaré. À tel point qu’il a été à un moment question d’annuler ce voyage préparé depuis des mois. Cette interrogation n’a pas duré bien longtemps au regard des principes fondateurs de ce grand voyage organisé chaque année.

Le séjour proposé ne se contente pas de proposer de la détente aux salariés et à leurs proches dans un cadre agréable, il intègre des découvertes culturelles qui sortent des sentiers battus du tourisme de masse avec la volonté de donner un sens aux actions du CCE. Très vite, le 27 septembre, l’idée de lancer une souscription pour venir en aide aux populations sinistrées s’est imposée. Pour chaque euro récolté auprès des participants, le CCE abonderait. Au total, 11 000 euros ont ainsi été recueillis. Restait encore à identifier qui allait se charger de faire le meilleur usage de ce don. Sur les conseils de la directrice de la section MGEN de Guadeloupe, le choix s’est naturellement porté sur l’association Co.Re.Ca qui s’emploie depuis 20 ans à développer les rencontres culturelles et les coopérations dans la Caraïbe.

Oui à une souscription mais pour en faire quoi ?

Pas question pour le CCE que le chèque serve à reconstruire sur l’île de Saint-Barthélémy où c’est à l’État français d’agir en premier lieu. Décision a été prise d’employer le don pour participer à la reconstruction d’une école primaire sur l’île de la Dominique, dans le village de Clifton. Pas question pour le CCE que le chèque serve à reconstruire sur l’île de Saint-Barthélémy où c’est à l’État français d’agir en premier lieu. Surtout au regard du statut fiscal avantageux (pas d’intégration dans l’ISF des biens achetés sur l’île, pas de droits de succession sur ces biens…) proposé par cette collectivité d’outre-mer où la richesse attire la pauvreté. En Dominique, la situation est tout autre. Indépendant depuis 1978, ce petit pays de 75 000 habitants qui a choisi de développer son agriculture plutôt que le tourisme ne peut compter que sur lui-même. L’opération a retenu l’attention du journal France Antilles qui titrait, en simplifiant un peu, dans son édition du 9 novembre : « La MGEN fait don de 11 000 euros au Co.Re.Ca ». Dès la première ligne, l’article précisait que c’était le CCE qui avait remis le chèque. Ce titre simplifié profite à l’image de la MGEN en tant qu’entreprise engagée dans les enjeux de la responsabilité sociétale.

La cohérence de A à Z

Un CCE qui ne tient pas à devenir un simple distributeur de subventions individualisées...

En attendant, ce sont bien les représentants du personnel qui ont pris l’initiative d’une action qui cultive la cohérence de bout en bout. Car le succès de cette souscription illustre plusieurs volets de l’engagement responsable d’un CCE qui ne tient pas à devenir un simple distributeur de subventions individualisées. La capacité à faire s’envoler un groupe de plus de 500 personnes est une première caractéristique alors que beaucoup de CE cèdent à la facilité de subventionner des voyages individualisés.

Un voyage réservé aux adhérents des 40 associations de bénévoles associées aux CE des principales implantations du groupe mutualistes qui organisent des activités, subventionnées à hauteur de 90 € par an et par salarié par le CCE, qui sont exclusivement locales et collectives (au moins 5 participants). Avec 640 000 € de subventionnement, ce voyage annuel représente une part significative du budget des activités sociales et culturelles (9 millions d’euros pour 10 000 salariés). Un choix assumé mais ce n’est pas que pour le prix, subventionné aux deux tiers, que les salariés partent ensemble. Le plaisir de se retrouver en dehors du travail est là et c’est plutôt bon signe. D’ici un an, les deux participants tirés au sort à l’occasion de la remise du chèque au Co.Re.Ra seront invités par le voyagiste Gaïa à visiter l’école primaire de Clifton pour témoigner de ce que ce don aura contribué à réaliser. Deux salariés invités comme représentants de l’action solidaire du CCE MGEN.

Pas encore de commentaires