Participatif
ACCÈS PUBLIC
17 / 07 / 2017 | 185 vues
Jacky Lesueur / Abonné
Articles : 1600
Inscrit(e) le 04 / 03 / 2008

QVT : un mal-être au travail important dans les TPE et PME

Depuis plusieurs années, le groupe de protection sociale Apiicil mène régulièrement une observation sur le bien-être au travail, en lien avec le cabinet Mozart Consulting. L'édition 2017 est désormais disponible. Elle illustre de nouveau les différences de situations selon la taille des entreprises et leur activité en rappelant que le coût moyen du mal-être au travail représente 12 600 euros par salarié, soit un total équivalent à 11,5% du PIB français. c'est dire !

À partir d'une méthodologie qui repose sur l'indice de bien-être au travail (IBET)* intégrant plusieurs sources de données (telles que nombre d'arrêts de maladie, démissions, taux de ruptures conventionnelles, coûts liés à l'absentéisme, nombre de sorties en période d'essai...), Apicil vise à « offrir un système de mesure permettant d'évaluer l'engagement réciproque des parties prenantes et de dresser des indicateurs préalables à la mise en place de plans d'actions de dignostic, de recommandations d'accompagnement au sein des entreprises ».

Principaux élements à retenir de l'étude 2017 :
  • une situation préoccupante du côté des TPE/PME de 1 à 9 salariés, notamment dans le tertiaire et la construction, secteurs enregistrant une dégradation par rapport à 2016 ;
  • des indices qui restent faibles dans ces secteurs, même pour les entreprises de 10 à 49 salariés ;
  • des indices légèrement meilleurs dans les entreprises de plus de 50 salariés ;
  • des indices « dégradés » ou « contraints » dans les entreprises du numérique, dans le commerce non alimentaire, les services aux entreprises et le transport logistique, la communication, les services à la personne ou l'agro alimentaire ;
  • les secteurs de l'énergie/environnement ou de la banque/assurance obtiennent de bons résultats...

Pas encore de commentaires