Participatif
ACCÈS PUBLIC
29 / 05 / 2020 | 48 vues
Thierry Beaudet / Abonné
Articles : 21
Inscrit(e) le 03 / 12 / 2010

Perte d'autonomie : les recettes annoncées ne sont pas suffisantes

La Mutualité Française se félicite du projet de loi prévoyant la création d’une cinquième branche ou d’un cinquième risque de la Sécurité sociale pour le financement de la perte d'autonomie. La responsabilité de la prise en charge du risque de perte d’autonomie est une responsabilité collective dans laquelle la solidarité nationale doit jouer tout son rôle.

 

Points d’alerte
 

La Mutualité Française salue la volonté du gouvernement d’engager des travaux en ce sens mais souhaite que cette démarche soit ambitieuse. Les recettes annoncées à ce jour ne sont pas suffisantes pour répondre au besoin de financement identifié par le rapport de Dominique Libault.
 

Nous militons pour qu'un pilotage pluriannuel de ce risque s’inscrive à long terme et garantisse un financement sur l’ensemble du territoire. Si un premier pas significatif vient d’être effectué par le gouvernement, une montée en charge sera indispensable pour répondre au besoin de financement estimé à 10 milliards par an d’ici 2030 pour le seul grand-âge (rapport Dominique Libault).


La recette spécifique au financement de la prise en charge de la dépendance annoncée à hauteur de 2,3 milliards d'euros resterait pourtant tardive (puisqu’elle n’interviendrait pas avant 2024) et insuffisante. Tous les dispositifs concourant à un financement solidaire devront être envisagés.
 

La revalorisation des métiers de la filière d’une part et la diminution des restes à charge assumés par les familles de l’autre doivent être au cœur de cette réforme.
 

Force de proposition
 

La Mutualité Française est prête à prendre part aux travaux qui seront initiés par le gouvernement d’ici septembre 2020, à la fois en tant qu’expert et comme force de proposition dans le domaine du grand-âge et du handicap.
 

Les mutuelles sont historiquement des militantes du « grand âge ». Elles couvrent 70 % des plus de 65 ans, gèrent plus de 460 établissements et services pour l’accueil des personnes âgées ou handicapées, dont 221 EHPAD, proposent de multiples dispositifs d’accompagnement à domicile et développent des actions de prévention en faveur du « bien vieillir ».

Pas encore de commentaires