Focus
ACCÈS PUBLIC
23 / 08 / 2023 | 227 vues
Rodolphe Helderlé / Journaliste
Articles : 4158
Inscrit(e) le 16 / 11 / 2007

Moyens syndicaux

Moyens du dialogue social : quel cadre pour l’information syndicale?

Le 5 mai dernier, Miroir social organisait avec Orseu Ethix un échange en ligne pour voir comment syndicats étaient susceptibles de négocier l'utilisation des outils d'information propriétés des employeurs.



Le renouvellement des CSE est l'occasion de négocier un cadre plus favorable pour que les représentants des salariés utilisent la messagerie professionnelle, le réseau social interne et l'intranet. Voilà pour la théorie car dans les faits les marges de manœuvre restent très limitées.  "Pendant les confinements, les directions ont bien appréhendé les avantages de l'e-dialogue social mais elles restent en revanche très réticentes à l'e-communication sociale. Il y a là une contradiction", souligne Jean-Pierre Yonnet, le directeur général d'Orseu Ethix.
 

Blocage persistant sur la messagerie, exercice contraint sur les intranets
 

De fait, l'usage de la messagerie professionnelle reste le plus souvent très limité. Jusqu'en 2018, Astek était l'une des rares entreprises des services numérique à autoriser ses syndicats à user de la liste de diffusion pour toucher les salariés dont plus de 50 % sont en poste chez les clients. Mais l'accord a été dénoncé avec une période de transition de 2 ans. "Il n'y a pourtant pas eu de dérives”, précise Christophe Luis, le délégué syndical FO. “Depuis, nous avons juste obtenu le droit d'informer les salariés par messagerie de notre motivation à signer en mai 2021 l'accord sur la mobilité durable en soulignant les points positifs mais aussi ceux qui manquaient", précise t-il. Un droit d’information circonscrit aux seuls syndicats signataires.


"Cela fait deux ans que nous demandons la renégociation de l'accord sur les moyens du dialogue social qui date de 2018 pour obtenir plus de flexibilité sur la messagerie. Le cadre fixé est totalement déconnecté de la réalité. Il nous est par exemple interdit d'adresser des messages avec notre signature syndicale mais dans les faits cette règle n'est plus respectée", souligne Laure Trincal, déléguée syndical central adjointe de la CFE-CGC.


Au regard des contraintes qu'imposent la grande majorité des directions sur les espaces syndicaux mis à disposition sur les intranet, la priorité des syndicats qui développent une stratégie éditoriale régulière et pérenne va à leur site internet où ils ont totalement la main pour récupérer les adresses email des salariés désireux de recevoir les notifications. Ainsi, du côté de l'UNSA d'IBM, 500 des 3000 salariés sont inscrits sur le blog historique qui  a plus de 15 ans d'âge. 
 

Ouverture sur les réseaux sociaux internes


"Si alimenter l'espace syndical interne est sans grand intérêt, notre présence sur Slack, le réseau social interne, est autrement plus profitable pour nouer des contacts utiles", explique Pierry Poquet, le délégué syndical. De fait, les directions ne ferment généralement pas la porte aux syndicats sur les réseaux sociaux internes.
 

Chez Michelin, la CFE-CCC organise aussi des visioconférences, en mode anonymisé, avec l’outil de l’entreprise et sans avoir demandé une autorisation préalable. La direction n’y trouve à priori rien à dire. Elle a même financé et diffusé sur le réseau interne les clips vidéos de campagne de tous les syndicats dans le cadre de la dernière campagne électorale du printemps 2023.
 

Pour Jean-Pierre Yonnet,”il est nécessaire de prévoir des clauses de revoyure dans les accords sur les moyens du dialogue social pour être en phase avec les usages".