Ofi AM investissement responsable

 

Bip Bip
ACCÈS PUBLIC
14 / 05 / 2019 | 190 vues
Rodolphe Helderlé / Abonné
Articles : 3526
Inscrit(e) le 16 / 11 / 2007

Au cœur de l’intéressement dans les caisses de la Sécu : de 650 à 971 €

URSSAF, maladie, CAF et retraite, les quatre caisses de la Sécurité sociale redistribuent 2,5 % de la masse salariale. Les performances locales représentent 60 % de l’enveloppe. Voilà pour les règles communes. À partir de là, chaque caisse se dote de ses propres indicateurs nationaux et locaux. Les niveaux de performances et de redistribution de chaque structure nationale et locale sont présentés sur le site de la CGT baptisé « Virage Humain ».


Un organisme qui assure 100 % de ses objectifs va ainsi redistribuer un peu plus de 970 € à ses agents tandis que les plus mauvais qui tournent autour d’un coefficient de 50 % vont redistribuer 300 € de moins.

Dans la branche maladie, les agents des CPAM perdent des points sur l’indicateur du taux de féminisation aux postes de directeurs. L’objectif était de 37 %, les caisses sont à 20 %, soit un taux de réussite de 0 sur un indicateur qui représente 6 % de la performance globale. Les CARSAT, rattachées à la branche maladie mais avec leur propres indicateurs (notamment pas le taux de féminisation des instances dirigeantes) « cartonnent » en revanche avec un taux de performances globales de 96,84 %.
 

Dans la branche retraite, la caisse de Paris Île-de-France décroche le moins bon score avec un taux de performances de 53 % et une prime d’intéressement de 675 €. À noter que 86,5 % des dossiers retraite ont été mis en paiement sans erreur « à incidence financière » en 2018, soit un recul de plus d’un point par rapport à 2017 alors que l’objectif était de 89 %.
 

« Est-ce une coïncidence si l’intéressement possible n’a cessé de croître alors que les effectifs diminuent et que les salaires stagnent », lance la CGT qui parle de partage de la misère en rappelant que les effectifs ont baissé de 15,4 % en 15 ans et que, désormais, 26 % des départs sont dus à une démission, une rupture conventionnelle ou un licenciement pour insuffisance professionnelle qui se multiplient.