Participatif
ACCÈS PUBLIC
20 / 10 / 2021 | 82 vues
Laurent Grandguillaume / Membre
Articles : 19
Inscrit(e) le 21 / 10 / 2019

Sixième édition de la grève du chômage

Le 9 novembre prochain, se tiendra la sixième édition de notre grève du chômage pour laquelle l’ensemble des acteurs pour le droit à l’emploi seront mobilisés. Cette journée nous permettra de nous retrouver sur tout le territoire, après une année 2020 à distance. Les nombreuses préparations en cours localement sont la preuve que notre volonté de mettre cette deuxième étape expérimentale en œuvre ne faiblit pas. Le 9 novembre tous les gens privés d’emploi réaliseront des travaux utiles sur tout le territoire, montrant ainsi que personne n’est inemployable et que l’on ne manque pas de travail mais d’emplois.

 

Dans les dix zones d’expérimentation, nous démontrons quotidiennement qu’il est possible d’éradiquer le chômage de longue durée. Alors que certains esprits nous renvoient encore l'argument que cela coûte cher, les faits sont têtus, comme l’indique le récent bilan présenté par Louis Gallois (président du Fonds d’expérimentation). C’est bien la privation d’emploi qui coûte cher à la société, pas la création d’emplois supplémentaires.

 

Les résultats de l’expérimentation sont très positifs pour les intéressés, pour leur entourage et à l'échelle locale. Nous en avons fait la démonstration dans dix zones lors de la première étape expérimentale. Nous la réitèrerons dans au moins 60 zones, dans la deuxième étape qui s’ouvre. 

 

Le décret modificateur tant attendu devrait être publié d’ici la fin du mois. Il permettra d’assurer les garanties nécessaires à la réussite du projet, notamment en garantissant la gouvernance territoriale du projet, en permettant le financement de tous les emplois supplémentaires et en s’assurant que la procédure qui permettra à toute localité prête de ne pas rester au bord du chemin restera souple et simple. 

 

La seconde étape est lancée et les premières candidatures ont été déposées. Territoires zéro chômeur de longue durée va amplifier son accompagnement des acteurs du projet localement pour faire de l’emploi un droit dans le plus grand nombre de zones. Le 9 novembre prochain, nous montrerons une fois encore que nous sommes prêts. L’exhaustivité est notre boussole et l’expérimentation est notre trajectoire, à l’image du chemin pour le voyageur.

Afficher les commentaires

Ce 9 novembre, 72 territoires se mobilisent pour alerter contre la privation d’emploi et revendiquer le droit d’obtenir un emploi inscrit dans la Constitution française.

La première étape expérimentale en a fait la démonstration : le droit à l’emploi est aujourd’hui une réalité pour plus de 1000 personnes sur les 10 premiers territoires habilités. C’est aujourd’hui la 2e étape qui s’ouvre, avec l’entrée dans la démarche d’au moins 50 nouveaux territoires à horizon 2024. Cette 6e édition de la Grève du chômage arrive donc à un moment clé : le début du passage à l’échelle de l’expérimentation.

 

Réaliser des travaux utiles pour alerter contre la privation d’emploi

 

Pour alerter contre la privation d’emploi, rien de tel que de montrer qu’il y a, sur les territoires, des personnes prêtes à travailler et des travaux utiles à réaliser. Lors de la Grève du chômage, les territoires mobilisés effectuent ainsi des travaux utiles pour la société mais non réalisés : soupe préparée avec des invendus, débroussaillage d’espaces verts, ouverture d’une boutique éphémère, stand de présentation sur le marché, diffusion du film “Nouvelle cordée” de Marie-Monique Robin… Pour consulter les programmes complets, c’est par ici.

 

#GrèveDuChomage : Sur les réseaux sociaux, les internautes sont invités à soutenir la mobilisation et à relayer les initiatives des territoires publiées sur le compte Twitter, la page Facebook et la page LinkedIn de l’association TZCLD.

 

Pour Laurent Grandguillaume,Président de Territoires zéro chômeur de longue durée: « Lors de la Grève du chômage, les personnes privées durablement d'emploi organiseront des activités utiles dans leur territoire montrant ainsi que personne n’est inemployable et que l’on ne manque pas de travail mais d’emplois ! Le coût du chômage c’est plus de 43 milliards d’euros par an pour la société et la première étape expérimentale montre bien que c'est la privation d'emploi qui coûte cher à la société et non la création d'emplois supplémentaires. La mobilisation des territoires ce 9 novembre est la preuve que notre volonté de mettre en œuvre cette deuxième étape expérimentale ne faiblit pas ! »