Participatif
ACCÈS PUBLIC
28 / 10 / 2020 | 413 vues
PHILIPPE CURAUDEAU / Abonné
Articles : 1
Inscrit(e) le 28 / 04 / 2020

PSE chez Orkyn, filiale d'Air Liquide : des négociations closes avant la remise du rapport du cabinet d’expertise

Un PSE est ouvert dans trois filiales d’Air Liquide dont Orkyn, l'un un des leaders de la prestation de santé à domicile (lits médicalisés et oxygénothérapie à domicile).
 

On nous promettait un nouveau monde. À y regarder de plus près, c’est vrai : il n’est plus comme avant, il est pireSi un syndicaliste « responsable » peut entendre que des mesures du type PSE cherchent à sauver l’emploi, que penser d’un plan conçu uniquement pour se gaver encore davantage ?


Filiale du groupe Air Liquide, Orkyn génère un CA de 233 millions d’euros et un résultat d’exploitation de 34 millions (14,8 % du CA), avec 1 500 salariés. Pourtant, un PSE est mis en place, avec la suppression de 45 postes à la clef.  


La direction aurait pu discuter de tout cela avec les organisations syndicales. Mais dans le nouveau monde, le dialogue n’est pas à l’ordre du jour :

  • refus de discussion d’un accord de méthode ;
  • choix unilatéral du cabinet d’« out-placement » ;
  • négociations closes avant la remise du rapport du cabinet d’expertise ;
  • et des menaces pour couronner le tout : « sans signature des organisations syndicales, c’est le minimum des indemnités de licenciement qui sera mis en œuvre ».
     

Tout ça pour des salariés qui étaient en première ligne durant la première vague du covid-19.

Pas encore de commentaires