Participatif
ACCÈS PUBLIC
10 / 06 / 2022 | 298 vues
Jacky Lesueur / Abonné
Articles : 1575
Inscrit(e) le 04 / 03 / 2008

Matmut : « Sur le principe de la symétrie des attentions, nos collaborateurs ne sont pas oubliés »

Alors que la Matmut tient en fin de semaine son Assemblée générale annuelle, Christophe Bourret, Président du Groupe Matmut et Nicolas Gomart, Vice-président et Directeur général du groupe, ont bien voulu répondre à mes questions...

 

Le Groupe Matmut a affiché de bons résultats pour l’exercice 2021 et conforté sa solidité. Comment expliquer ce bon développement ?

 

NGNicolas Gomart : En 2021, le groupe a gagné 92 400 sociétaires et 196 800 contrats gérés supplémentaires. La croissance continue de notre sociétariat et de notre portefeuille de contrats, depuis plusieurs exercices, est essentiellement organique, je tiens à le souligner. En 2021, nous avons même battu un record en termes de souscriptions de nouveaux contrats. Avant tout, nous retirons les bénéfices de nos travaux au niveau de notre réseau d’agences, dont nous avons fait évolué l’organisation, avec un rôle renforcé, mais aussi de nos efforts en matière de communication et de marketing digital.
 

Ensuite, je tiens à rappeler qu’au moment de la survenance de la crise sanitaire, en 2020, le Groupe Matmut a très tôt pris des mesures solidaires. Nous avions annoncé dès le printemps le gel de nos tarifs d’assurance automobile, jusqu’à fin 2021. Sans attendre le souhait du ministre, nous avions aussi informé dès septembre 2020 nos clients pros et entreprises, tout secteur d’activité, que leurs tarifs 2021 n’augmenteraient pas. Sans oublier nos différents gestes commerciaux, les 75 euros remboursés aux personnes en situation de recherche d’emploi, sur leur assurance automobile, etc. Indéniablement, tout cela a encore renforcé la proximité de notre groupe avec ses sociétaires. Nous récoltons les fruits de cette relation privilégiée et de confiance.
 

Le début d’année 2022 est marqué par un contexte économique difficile, des problématiques de pouvoir d’achat... Cela ne change rien à notre positionnement. Répondre au mieux aux besoins de nos 4,1 millions de sociétaires, les accompagner, y compris et surtout en cas de coup dur.
 

A quoi doit-on être vigilant, lors de telles phases de développement de l’entreprise ?
 

CBChristophe Bourret : Avant tout à rester fidèle à ce qu’est profondément une mutuelle, à son ADN, sa santé économique. La Matmut a été fondée il y a 60 ans par des militants mutualistes santé. Son Président fondateur, Paul Bennetot, avait notamment mené le combat en faveur du tiers payant pharmaceutique. Ainsi, notre groupe est historiquement proche de l’univers de la santé, du monde médical et, globalement, des enjeux de santé publique.
 

Le gel de nos tarifs d’assurance santé pour 2022* est une décision forte. Elle contribue à donner un coup de pouce en termes de pouvoir d’achat et c’est une façon de lutter concrètement contre le phénomène de renoncement aux soins. Même chose avec la prise en charge des consultations chez le psychologue, dès décembre 2020, via nos offres d’assurance santé et sans surcoût de cotisation, et donc bien avant la normalisation par l’Etat, en avril 2021.
 

Enfin, et c’est moins connu que nos activités d’assurance, la Matmut gère un centre médical pluridisciplinaire, à Paris, via nos activités dites du Livre 3 du Code de la Mutualité. Le Centre de santé du Square de la Mutualité a même ouvert un centre de vaccination Covid au printemps 2021, à Paris et plus de 100 000 injections ont été réalisées en 2021.
 

Ces actions témoignent de notre fidélité à l’ADN du Groupe Matmut, en même temps que nous avons désormais formalisé de façon claire le chemin qu’emprunte l’entreprise, pour les décennies à venir, avec notre Raison d’être dévoilée l’an passé, à l’occasion de la célébration des 60 ans de la Matmut.

 

*Pour les particuliers et hors effet âge


Evoquons la dimension sociale. Quels défis vous semblent prioritaires, en tant qu’employeur ?
 

NG : Lorsqu’on traverse une période difficile – crise pandémique, problématiques de pouvoir d’achat, contexte géopolitique incertain… - notre responsabilité en tant qu’employeur est de renforcer le modèle social de notre groupe. Par exemple, nous sommes vigilants à ce que les richesses produites bénéficient aux salariés. Prime exceptionnelle de pouvoir d’achat, enveloppe d’augmentation générale et d’augmentations individuelles conséquente, participation annuelle employeur au Plan d’Epargne Retraite Entreprise Obligatoire (PEREO), sans oublier une augmentation de 14% du montant global de l’intéressement et de la participation versés aux collaborateurs en 2022… Nous sommes un groupe mutualiste et à ce titre la qualité de service due à nos sociétaires est essentielle, mais sur le principe de la symétrie des attentions, nos collaborateurs ne sont pas oubliés.


J’ajoute à cela notre démarche volontariste en matière d’emploi, avec plus de 1 000 recrutements, tous types de contrats confondus, à la fois sur 2021 et 2022. Et aussi 14 millions d’euros consacrés à la formation professionnelle, en 2022. Il est important d’investir dans les compétences. Mais aussi dans les outils à la disposition de nos salariés. Un collaborateur efficace est un collaborateur doté d’outils performants, à valeur ajoutée. Par exemple, l’investissement au titre de la refonte de notre système informatique est de l’ordre de 100 millions d’euros, sur 5 ans.

 

CB : Une entreprise qui se développe, c’est une entreprise qui développe et renforce aussi son modèle social. Je salue les récents accords d’entreprise signés au sein du groupe, sur des sujets aussi essentiels que l’égalité professionnelle femmes hommes et le soutien aux personnes en situation de handicap et aux proches aidants. Le Groupe Matmut consacrera notamment un budget équité de 850 000 euros sur 3 ans, dans le cadre du premier accord mentionné. Par ailleurs, le taux d’emploi des personnes en situation de handicap, au sein de l’entreprise, est le plus élevé du secteur assurantiel. Le bon développement économique de notre entreprise nous permet d’être ambitieux en faveur de celles et ceux qui chaque jour œuvrent à la performance opérationnelle, au service de nos 4,1 millions de sociétaires et je tiens à saluer l’engagement fort de nos 6 500 collaborateurs.
 

Le Groupe Matmut a célébré ses 60 ans en 2021. A une époque de profondes transformations, notamment sociétales, comment demeurer en phase avec les principales préoccupations et les besoins de protection de nos concitoyens ?

 

CB : Nos organisations mutualistes sont d’une grande modernité, bien qu’ayant été créées il y a plusieurs dizaines d’années. Elles le sont car elles répondent de plus en plus aux aspirations de nos concitoyens. On parle désormais de ‘’ consom’acteurs ‘’, dans le sens où, en étant de plus en plus informés et éclairés, les Français sont toujours plus vigilants dans leurs interactions avec les entreprises, les marques. Notre modèle mutualiste est basé sur un partage du risque assurantiel, l’absence de rémunération à l’actionnaire et est bien entendu orienté vers la satisfaction de nos sociétaires. Il est ancré sur notre fonctionnement démocratique, nos délégués, nos assemblées générales. Ce fonctionnement ainsi que nos engagements, dans les domaines médicaux, environnementaux, sociétaux sont in fine très attrayants. A nous d’être dignes de cette confiance.

 

NG : Le modèle mutualiste est indéniablement moderne. Cela ne se décrète pas mais s’entretient au quotidien et se cultive. Avant tout en étant à l’écoute des tendances sociétales, des vraies préoccupations des Français. A ce titre, notre baromètre élaboré en 2021 en lien avec OpinionWay, ‘’ Les transitions de la société française ‘’, et tiré de la grande consultation menée en direction de toutes les parties prenantes de la Matmut, dans le cadre des travaux de formalisation de sa Raison d’être, est une superbe ressource pour nous. Problématiques de santé, questionnements soulevés par le sujet des données et des nouvelles technologies, besoin de renforcer les solidarités, notamment entre les générations… Les défis sont nombreux. Nous orientons donc nos efforts vers ce que nos collaborateurs et sociétaires ont considéré comme essentiels, lorsque nous les avons sondés.

Pas encore de commentaires