Participatif
ACCÈS PUBLIC
22 / 02 / 2021 | 97 vues
Philippe Charry / Abonné
Articles : 48
Inscrit(e) le 29 / 08 / 2012

Les correspondants handicap d'Orange auront une réelle fiche de poste

A l'issue des  négociations plutôt compliquées, un accord a enfin pu être trouvé pour « l’emploi et l’insertion des personnes en situation de handicap et la lutte contre les discriminations ». Couvrant la période 2021-2023, cet accord a été signé par FO, CFDT, CGT et SUD PTT. Seule la CFE-CGC ne l’a pas signé.

 

Pour nous, la politique d’insertion des personnes en situation de handicap constitue un enjeu de société et doit pleinement s'inscrire dans la responsabilité sociétale de l’entreprise. Lors de la négociation de cet accord, l’entreprise s’est de nouveau retranchée derrière la crise sanitaire et les conséquences économiques à venir pour tenter de négocier un accord à la baisse.

 

Dans un contexte difficile, notre organisation a défendu ses revendications sans relâche afin de conserver les acquis et obtenir de nouvelles avancées.

 

Plan d'embauche

 

  • 3,6 % des personnes recrutées en CDI seront des personnes en situation de handicap, avec un minimum de 125 CDI. À noter que l’entreprise a débuté la négociation par 2,6 % et 0 emploi minimum, avant, sous la pression des négociateurs, de revenir avec des chiffres plus ambitieux et réalistes (125, résultat obtenu au précédent accord) ;
  • 2,6 % des alternants accueillis seront des personnes en situation de handicap, avec un minimum de 230 alternants. Orange s’engage à les recruter en CDI prioritairement. Là non plus, l’entreprise ne voulait pas de chiffre minimum d’accueil d’alternants au départ. Le chiffre a évolué jusqu’à 230 (résultat obtenu au précédent accord). Pour les alternants, à l’issue de leur formation, Orange s’engage à les recruter en CDI prioritairement, sur les emplois ouverts aux recrutements externes et à compétences égales.

 

Temps partiel senior handicap

 

Pour l’aménagement des fins de carrières, l’entreprise souhaitait au départ un temps partiel senior handicap (TPSH), dispositif d’aménagement de fin de carrière, uniquement sur la première année de l’accord, nous avons finalement obtenu une pérennité de trois ans (le TPSH sera valide pendant toute la durée de l’accord 2021-2023).

Les principales mesures de l’accord précédent comme la formation, l’évolution professionnelle, le maintien dans l’emploi et la valorisation des acteurs du handicap ont été maintenues, voire améliorées.

 

À noter également :
 

  • six autorisations spéciales d'absence (ASA) handicap par an, avec la possibilité de les prendre en demi-journée ;
  • maintien des dispositions relatives aux proches aidants, notamment via la plate-forme « mes proches et moi » et aux dons de jours de congés (ANOO) ;
  • les directions et CODIRS paraissent dorénavant comme des acteurs principaux dans cet accord ;
  • Les correspondants handicap pour les établissements distincts : 1 ETP pour les établissements de plus de 6 000 salariés, 2 ETP pour les plus de 12 000 et 0,7 ETP pour les moins de 6 000. Les correspondants handicap auront une réelle fiche de poste spécifique (cela figure dans les annexes de l’accord) donc une meilleure reconnaissance de cette fonction plus qu’importante ;
  • maintien du budget annuel de 9,2 millions d’euros ;
  • une sensibilisation est réalisée auprès des services en charge de l’immobilier pour que le sujet de l’accessibilité soit traité dès la conception.
     

Par ailleurs, notre organisation a rappelé que la discrimination méritait mieux qu’un simple chapitre et nous nous sommes battus jusqu’au bout (que nous avons obtenu juste avant la signature) pour exiger le suivi particulier de ce sujet complexe, chronophage et qui nécessite des spécialistes. Il y aura donc une commission de suivi spécifique à la discrimination en plus de celle du handicap.
 

Il conviendra maintenant de veiller à ce que cet accord soit respecté sur l’ensemble du territoire.

Pas encore de commentaires