Participatif
ACCÈS PUBLIC
19 / 01 / 2021 | 61 vues
Didier Forno / Membre
Articles : 92
Inscrit(e) le 14 / 01 / 2008

Entretien professionnel et crise sanitaire du covid-19

Depuis les accords ANI du 14 décembre 2013, les entretiens professionnels sont devenus un « rituel » dans les entreprises. La pandémie du covid-19 peut gêner l’organisation de ces entretiens. Pour cette raison, un délai supplémentaire est accordé aux employeurs pour les élaborer.

 

À quoi sert l’entretien professionnel ?
 

L’entretien professionnel est devenu un outil incontournable pour gérer la carrière des salariés et les compétences requises dans l’entreprise. Son objectif est d’identifier le niveau d’employabilité des salariés et leurs perspectives d’évolution professionnelle.
 

Toutes les entreprises, quels que soient leur effectif et leur secteur d’activité, doivent les organiser.
 

L’entretien professionnel est organisé tous les deux ans. Un accord collectif ou de branche peut définir une périodicité différente. Il doit également être organisé au retour de certains congés (maternité, longue maladie etc.).
 

Lors de l’entretien, les informations doivent être délivrées au salarié sur :

  • la validation des acquis de l’expérience (VAE),
  • l’activation de son compte personnel de formation (CPF),
  • les abondements que l’employeur est susceptible de financer,
  • le conseil en évolution professionnelle.
     

Il s’agit de confronter le projet professionnel du salarié aux compétences dont l’entreprise a et aura besoin. Un plan d’action, pour permettre au salarié d’évoluer sur le plan professionnel, en découle.
 

Tous les six ans, l’entretien professionnel doit être l’occasion de faire un état des lieux du parcours professionnel du salarié. L’entreprise doit vérifier que le salarié a :

  • suivi au moins une action de formation,
  • acquis des éléments de certification pour la formation,
  • et bénéficié d’une progression salariale ou professionnelle.
     

Le contenu de l’entretien doit être porté par écrit. Une copie en est remise au salarié.


Attention, il ne faut pas confondre cet entretien avec l’entretien d’évaluation que l'employeur peut organiser. Il s’agit de deux entretiens bien distincts.

 

Conséquence du covid-19 sur les entretiens
 

La pandémie en cours peut perturber la tenue des entretiens dans les délais légaux. Pour cette raison, les employeurs sont autorisés à différer tous les entretiens professionnels qui auraient dû se tenir entre le 1er janvier 2020 et le 30 juin 2021 et cela, au plus tard le 30 juin 2021.

 

Le comité social et économique (CSE) doit être consulté sur la mise en œuvre de l’entretien professionnel.

Pas encore de commentaires