Participatif
ACCÈS PUBLIC
15 / 12 / 2020 | 251 vues
Vincent Hernandez / Abonné
Articles : 102
Inscrit(e) le 16 / 10 / 2012

EDF passe en mode propagande sur le projet Hercule

Oyez, oyez braves gens ! N’écoutez pas les complotistes mais écoutez les grands esprits et faites-nous confiance. Voilà comment, de manière sarcastique, on peut interpréter la communication du groupe EDF. En gros, c’est trop compliqué. La direction va vous expliquer.
 

Après avoir tenté, de manière pas très habile, de minimiser la mobilisation du personnel des deux précédentes journées de grève contre la désintégration du groupe EDF, la direction passe maintenant à l’étape de la propagande.
 

Analyse de cette propagande
 

Une première réaction prête à sourire tant les ficelles utilisées sont énormes et ne convainquent personne, pas même leurs auteurs à moins que ceux-ci ne vivent sur la planète des bisounours où « tout le monde est beau, tout le monde est gentil ». Malheureusement, nous concernant, nous avons quitté le monde innocent de l’enfance depuis quelques années déjà. Après avoir souri, nous devenons assez critiques sur les réponses aux neuf questions posées…
 

Le message général s’apparente à : « Faites-moi confiance, je veille à vos intérêts et à ceux de l’entreprise. Les organisations syndicales et la presse vous mentent. Nous seuls détenons la vérité et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour vous apporter des garanties nécessaires au maintien du statut des IEG, aux parcours professionnels et aux politiques sociales ».

 

Ce à quoi notre fédération répond qu’il est totalement grotesque de croire que cette propagande puisse convaincre le personnel. Les exemples de catastrophes sociales et industrielles d’autres groupes ayant tenu de tels discours mensongers ne manquent pas.

 

Le plus proche est celui d’Engie. Les discours à GDF étaient identiques à l’époque : « C’est pour le développement économique et industriel, pour investir de manière plus concrète, nous sommes déterminés à vous apporter les garanties collectives ».

 

Résultat : diminution drastique des effectifs statutaires, fermeture totale de nombreux sites de travail et perte de compétences. Ces schémas ont rendu des structures totalement dépendantes et moins de cinq ans après, trois d’entre elles ont été vendues (même à des concurrents) avec perte des emplois.

 

Il est probable que si le groupe communique de la sorte, c’est que la forte mobilisation du personnel lui permet de constater que les salariés ont bien compris les enjeux et les effets de ce projet néfaste pour l’entreprise et pour leur emploi. Le message envoyé par le personnel est qu’ils ne sont pas dupes. Cette propagande nous mène également à commenter d’autres réponses données.

 

Au niveau du calendrier, le groupe indique que les choses pourraient se décider avant Noël. Nous les remercions de cet « éclaircissement » qui motivera le personnel à se mobiliser le 17 décembre pour fermement s’opposer à ce projet.

 

La dernière réponse est inadmissible et reflète clairement une volonté de culpabiliser les salariés et concerne la dette du groupe. Notre organisation syndicale l’a dit à plusieurs reprises : la dette n’est nullement de la responsabilité du personnelCette dette est clairement de la responsabilité des décisions politiques prises par les différents gouvernements depuis les années 1980 mais également de la responsabilité des PDG et des COMEX du groupe EDF de ces quarante dernières années qui, par leurs choix stratégiques et leur incompétence notoire, ont participé à l’endettement du groupe.

 

Nous terminerons sur le fait que cette propagande, qui se veut rassurante, tranche de manière surprenante avec les rumeurs circulant sur les guerres de tranchées qui se déroulent dans les bureaux feutrés de Wagram ou de La Défense pour se positionner dans les futures organisations projetées. Il semblerait qu’au niveau des cadres dirigeants, l’alerte est maximale et que ceux qui vantent tout le mérite de ce funeste projet auprès du personnel essaient, en coulisses, de sauver leur peau (et cela au plus haut niveau du groupe EDF).

Afficher les commentaires

Cette parution a eu le mérite de démontrer aux employeurs l' attachement des salariés à l' entreprise, et  leur  détermination pour dire NON A HERCULE.

 

Quel que soit le schéma de désintégration qui est en gestation au plus haut niveau du Gouvernement et du Groupe EDF,  chaun a bien compris qu'aucun n’aura des conséquences positives

 

Et c’est bien ce message que les salariés ont  massivement « posté » sur VEOL....et

c’est  une première, leur  détermination a fait exploser VEOL, et  il n’est plus possible de commenter le fameux article…

 

Nous nous donnons rendez-vous en 2021 pour faire un point sur les avancées/reculs du projet Hercule et les prochaines actions.

Renseignements pris, les équipes techniques étudient une solution pour augmenter le seuil des 1000 posts sans impact sur les précédents commentaires postés.....!!!!