Participatif
ACCÈS PUBLIC
19 / 09 / 2022 | 472 vues
Franck Houlgatte / Membre
Articles : 6
Inscrit(e) le 19 / 09 / 2022

Le tribunal de Puteaux annule le résultat des élections professionnelles organisées au sein d'Orpea

L’Union nationale des syndicats de la Santé Privée Force Ouvrière, la CGT et la CFDT avaient déposé une plainte pour demander l’annulation des élections au comité social et économique du groupe Orpea.

 

Depuis des années, le groupe Orpea, dégage un maximum de profit sur les prises en charge de la dépendance. Pour arriver à ses fins et éviter les conflits avec les personnels, il a installé le syndicat Maison "Arc en ciel" ainsi que l’Unsa (*). De plus, il a mis à l’écart d’autres organisations syndicales, notamment FO et la CGT qualifiées de « rouge ».


Cette situation a permis au groupe de continuer à générer des profits monstrueux avec des conditions de travail dégradées ainsi qu’une gestion par la terreur des personnels et des conditions de vie qui aboutissent à la maltraitance des résidents. Notre organisation syndicale , écartée depuis quelques années pour avoir refusé toute compromission, n'a cessé de  dénoncer la manipulation et le trucage des élections.

 

La justice vient de nous donner raison!  Par un jugement, le 12 septembre 2022, le tribunal de proximité de Puteaux, vient d’annuler les élections de 2019. En conséquence Orpea va devoir organiser rapidement de nouvelles élections professionnelles. De plus le groupe Orpea n’est pas dispensé de la bonne application du Code du Travail et de la Convention Collective

 

Pour obtenir satisfaction sur les  revendications des salariés au sein de ce groupe, notre syndicat entend bien tout mettre en œuvre pour assurer la présence de l’organisation lors des prochaines élections et construire  des équipes syndicales pour défendre les droits individuels et collectifs de l’ensemble des personnels du groupe Orpea

 

(*) NDLR: Les révélations sur Arc en Ciel dans le livre de Victor Castanet  "Les Fossoyeurs", paru en janvier, sont édifiantes...


En plus de cette procédure au civil, des plaintes au pénal ont été déposées cet été pour plusieurs infractions concernant les contrats de travail et la vie syndicale au sein du groupe. Le groupe privé français qui gère plus de 350 établissements pour personnes âgées dépendantes dans l'Hexagone précise qu'il va initier rapidement un nouveau processus électoral qui prendra en compte notamment les observations formulées par le tribunal....à suivre !

Pas encore de commentaires