Participatif
ACCÈS PUBLIC
02 / 05 / 2022 | 35 vues
Patrice Clos / Abonné
Articles : 27
Inscrit(e) le 08 / 04 / 2012

Les entreprises de la logistique campent sur leurs propositions indécentes de revalorisation de 3 % des taux conventionnels

 

  • Malgré les annonces de résultats qui se chiffrent en milliards d’euros.
  • Malgré la signature, il y a moins d’un mois, d’une charte sur les métiers en tension dont l’un des points est : accompagner les entreprises et Ieurs salariés dans la mise en place de mesures en faveur de l’attractivité des métiers, la branche s’engageant sur un calendrier de négociations ambitieux pour la période 2022-2023 pour, notamment, améliorer les conditions de travail des salariés, moderniser les classifications ou encore accompagner les entreprises dans la reconnaissance et la valorisation des compétences des salariés.
  • Malgré la pénurie de salariés dans le secteur de la logistique.
  • Malgré la hausse du SMIC au 1er mai de 2,65% due à une inflation galopante.
  • Malgré le nombre de TMS et d’inaptitude déclarés dans le secteur.
  • Malgré les troubles occasionnés par les nouvelles technologies.
  • Malgré les cadences du juste à temps pressurisant les salariés et engrangeant de la productivité et de la rentabilité pour les prestataires.....


Les entreprises du secteur campent sur leurs propositions indécentes de revalorisation de 3% des taux conventionnels, ce qui plongent les coefficients les plus élevés au niveau du SMIC et les autres bien en dessous, cette attitude provocatrice est proprement scandaleuse !


L’ensemble des Organisations Syndicales, CFDT, CGT, FO, CFTC, CFE CGC devant cette proposition inacceptable ont décidé de ne plus participer aux négociations de la logistique tant que des propositions de revalorisation des rémunérations décentes, donc du pouvoir d’achat des logisticiens ne seront pas mises sur la table.


Les Organisations Syndicales représentatives, dans un front commun, n’hésiteront pas à utiliser tous les moyens nécessaires pour ramener les Organisations Patronales à la raison, et qu’ils prennent conscience, de la réalité de ce que vivent et subissent leurs salariés.

 

Afficher les commentaires

Transport routier: Appel à la mobilisation dans tous les secteurs de la CCNTR et  activités auxiliaires

 

La crise sanitaire a mis en exergue, l'importance des activités du transport, qui ont même été
déclarées d’utilité publique par le Gouvernement. Mais cette reconnaissance ne s'est pas traduite
dans les négociations sur les salaires ou les conditions de travail.


Malgré les annonces de résultats qui se chiffrent en Milliards d’Euros, les hausses successives du
SMIC dues à une inflation galopante et exponentielle, une forte pénurie de salariés due au manque
d’attractivité dans l’ensemble des secteurs de la CCNTR, le pouvoir d’achat des salariés qui fond
comme neige au soleil, les patrons du transport pratiquent la politique de l’autruche !


Pour exemple, les entreprises du secteur logistique, campent sur leurs propositions indécentes de
revalorisation de 3% des taux conventionnels, ce qui plonge les coefficients les plus élevés au niveau
du SMIC et les autres bien en dessous. Pour seule justification, les Organisations Patronales nous
renvoient à une pseudo négociation de l’indexation des grilles de classifications en 2023.


Dans le secteur du transport de fonds et valeurs, aucune revalorisation des grilles conventionnelles
depuis 7 ans, sans compter la dénonciation de certains acquis sociaux !!! Ce mépris est tout
simplement inacceptable !


Sans oublier que les augmentations conventionnelles dans les secteurs du Transport de
Marchandises, du Transport de Voyageurs n’ont d’effet que de maintenir les rémunérations dans le
sillage du SMIC


Est-il nécessaire de rappeler que les conditions de travail, particulièrement pour les transports
sanitaires, ainsi que le pouvoir d’achat des travailleurs du transport et de la logistique ne cessent de
se dégrader au fur et à mesure que les profits des entreprises augmentent !


De plus, comment devons-nous interpréter le manque de considération du nouveau gouvernement
qui a fait le choix de ne pas mettre en place un ministère des transports ?


Au vu de cette situation totalement ahurissante et irresponsable, les Organisations syndicales (*)
représentatives, dans un front commun, appellent à une première mobilisation le 27 juin, pour
faire entendre la voix des salariés du transport et demandent la réouverture sans condition, de
véritables NAO dans l’ensemble des secteurs de la CCNTR

 

(*) CFDT,CGT,FO,CFTC,CGC et SNATT